La fillette qui aimait danser – Simone Gibert –

 

photo SG

Toujours autour d’elle,

A force d’entendre, cruels

Récits de guerre,

Et des morts à terre,

.

Des blessés emportés,

Jambes, bras coupés

Des bombardements lourds,

Qui reviennent toujours,

.

Des parents effondrés !

Leurs fils étant tués,

Des exécutions

Dans la dépression,

.

Elle se sentait pleurer,

Elle était apeurée,

Adulte ce monde

Etait plus qu’immonde !

.

Oubliant tout, Elle

Jouait à la marelle,

C’est une petite,

Son âge l’habite.

.

Entendant : “Bal…demain”

 “Oh !”- “On verra bien !”,

Elle retourne à ses jeux,

Sa tête est en feu.

.

Démon de la danse,

Il faut ta présence

Le jour “J” arrive,

Non, pas de dérive.

.

La salle va craquer !

Le bruit va matraquer !

C’est le déferlement

Pour leur contentement.

.

Moi, la première,

Et j’en suis fière !

Musique follement

“Américainement” !

.

La batterie pète !

L’orchestre tempête !

“Viens, mon cavalier !”

A lui je suis liée.

.

On regarde les pas,

Bien plus, il ne faut pas,

En quelques secondes,

On est sorti du monde !

 

Souliers décollant,

Jupe plissée volant,

Et mes cheveux aussi,

On est au paradis !

.

Et nos bras s’enroulent,

Puis ils se déroulent,

Et nous virevoltons

Comme des papillons !

.

“Regarde par ici,

On danse le boogie !”

Sensationnel !

Nous poussent des ailes !

.

Mais, c’est du tonnerre !

On quitte la terre,

On est électrisés,

Même diabolisés !

.

“Mémé, regarde-moi,

C’est sensas tu vois !”,

“Ne sois pas vulgaire,

Ou c’est la colère !”.

.

Quelques années encor,

Dans un nouveau décor,

Au lycée de Casa

On est à l’internat.

.

Dès la cloche sonnée,

On court vers le foyer,

On choisit des disques,

Rock, notre musique !

.

“Rock around the clock”,

Et nous sommes baroques,

Monsieur Bill Haley,

Combien on vous aimait !

.

On apprend à danser,

Les autres, dépassées,

“Mais vous êtes dingues !

La musique flingue !”.

.

Mais, nous n’écoutons pas,

En inventant des pas,

Une main par terre,

On est derrière !

.

Nous sommes caoutchouc,

En glissant de partout !

La pionne crie “Moins fort !”

Nous dansons sans remords.

.

Victoire ! Victoire !

C’est la fête ce soir !

On sait danser le rock !

Du reste, on s’en moque !

.

Puis en quelques saisons,

Je tombe en pâmoison,

Le bel Elvis Presley

A tant et tant d’attrait !

.

 

 

 

 

.

 

©Simone Gibert

 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

32 vues
Simone Gibert

Simone Gibert (142)

Au MAROC depuis l'âge de7 ans.
Etudes secondaires au Lycée de Jeunes Filles à Casablanca.
dans les années 50.

Au Secrétariat d'une Entreprise de Bâtiment à Annecy.

Deux années passées au SENEGAL.

J'aime la nature, la peinture, je m'essaye à la poésie.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
7 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Invité
4 décembre 2018 17 h 53 min

Comme Christian, je suis admiratif de la manière dont vous mêlez la petite et la grande histoire. Et puis, comme toujours, vos vers nous donnent l’envie de danser : fort à propos cette fois-ci ! Merci et bravo pour ce texte d’une grande qualité et d’une grande tendresse.

Christian Satgé
Membre
3 décembre 2018 6 h 13 min

Merci pour cette page d’histoire personnelle qui rejoint la grande Histoire et qui narre avec bonheur, et je le crois beaucoup de justesse, ce que l’on peut penser et croire quand on est à l’âge tendre des découvertes qui vous forgent une vie. Bravo Simone…