La désillusion – Kamel usbek

J’ai traversé bien des mers et tempêtes,
Solitude seule compagne à bord;
Jouant tristement à la trompette,
Et les vagues dansant en accord.

J’ai caressé de mes mains mille espoirs,
De trouver un abri, ou un vieux port.
Mais le destin ne semble pas vouloir,
M’accorder ce désir si fort.

Autour de mon rafiot que la mer,
Ses vagues me poussent vers l’incertain.

Pas l’ombre d’un ami, ni de mère,
Pleurant la fin de mon triste destin.

Je m’agenouille, les yeux vers le ciel,
Implorant la volonté du tout puissant.
L’apparition d’une île bien réelle,
A l’horizon de mon vouloir pressant.

troubadour © copyright
0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

20 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Christian Satgé
Membre
30 janvier 2019 8 h 08 min

Un bien joli texte, cher troubadour. Sa breveté en fait toute la force… Bravo et merci donc pour ce partage.