Au seuil’du deuil – Laurelise Chalzib

Au seuil du deuil           Laurelise    Chalzib

Une présence était entée sur mes pensées

Irrémissible, forme hantante

Dans l’antérieur de la série, avant l’ordre

Dans cet espace chaotique

Je suis sûre qu’elle n’y était pas.

Dans cette préhistoire affective, je vagabondais

Libre, détachée, désabonnée.

Puis ce tressage, ces plis serrés qui font frémir.

Ces épissures qui emprisonnent et bloquent

Soudain plus de rires, aucune joie

Ce concassage des gazouillis et autres conciliabules

Ce balayage des moments de détente consentis

Arrivent aux points de jonctions du carrefour

Carrefour de chemins de ronces, rouillés et très pierreux.

Dans l’entrelacement des mots il y avait toujours une égratignure.

Un éclat de Réel qui gâtait la cadence, énigmatique

Une écorchure qui mettait longtemps à cicatriser.

Parfois l’amour s’obstine là où l’histoire bute

Répète de vieux mythes aux sorcières mal-aimées.

Une porte s’ouvre et soudain tout change,

Au seuil du deuil, c’est doux comme nager dans l’eau turquoise

C’est la jubilation d’un bain caressant, ondoyant

C’est l’assurance de passer sur l’autre rive

Sans se retourner.

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

9 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
3 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Véronique Monsigny
Membre
28 mai 2016 9 h 31 min

Desolee, j’ai ete un peu vite ????quelques fautes de frappe… ne m’en veuillez pas Chere Laurelise, c’est de l’empressement et non de la negligence

Véronique Monsigny
Membre
28 mai 2016 9 h 27 min

Derniere phase du deuil, celui de l’acceptation… comme il est doux de lacher prise apres tant de soufrances… tres beau miroire de l’ame !