Saint Martin de Brehal – Véronique Monsigny

SAINT MARTIN DE BREHAL de Véronique Monsigny

 

Je sais un petit bourg pas très loin de Grandville

Où ensembles travaillaient  les pécheurs et bergers

Ils y vivaient heureux, ils y vivaient tranquilles

A l’abri de cette aire de déserts ombragés

 

La mer avait conquis le droit à la prairie

Tandis que les moutons paissaient dans les salines

Et les bateaux goutaient loin des flots en furie

Un repos mérité dans les herbes câlines

 

Le vent était le Maître de ce pays d’hommes rudes

Qui ne prenaient la mer que par nécessité

Les oiseaux et les bêtes avaient leurs habitudes

Que ne perturbait point le retour de l’été

 

Aujourd’hui des chevaux ont rejoint les moutons

Et des bateaux à voile voguent à l’horizon

Les hommes se protègent en mettant du béton

 Entre la mer et eux, isolent leurs maisons.

 

Mais si vous revenez à l’arrière saison

Vous verrez la nature y reprendre ses droits

La mer revient enfin pour saler la toison

De l’ovin qui du lieu, enfin redevient roi

saint martin de brehal

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

4 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Brahim Boumedien
Membre
14 décembre 2015 22 h 33 min

Une nostalgie compréhensible. Le développement durable dont on parle tant est semblable à “l’arlésienne” qu’on ne risque pas de voir malgré tous les discours…
Merci, Véro, pour ce généreux partage !