Nous sommes des soldats – Fattoum Abidi

Nous sommes des soldats

 

Nous sommes des soldats volontaires,

Pour les bonnes causes,

Nous militons comme

Des sérieuses abeilles solidaires.

 

La poésie veut vivre,

On ne doit pas freiner,

Sa volonté qui éclaire

Les sentiers battus.

 

Le savoir et les arts,

Sont nos lueurs de bonheurs,

La poésie c’est cette douce mélodie,

C’est cette rebelle tragédie.

 

Nous sommes des soldats,

Qui  militent et qui avancent,

Vers les fréquences justes

D’une vie libre et digne .

 

Nos tristesses  et nos déceptions sont nos essences

De la bonne volonté et de l’ultime,

Persévérance, elles nous aident

A avancer sur le chemin de la liberté et de la création sans répit.

 

L’amour humain vibre dans nos trames,

Il construit le pont de la paix et de l’amour

Qui lie les traversées de tous les peuples

Du monde amoureux de la bonne communication universelle.

 

Qu’on se réveille de nos sommeils,

Et qu’on valorise la littérature,

Les arts et la culture

Pour un monde de paix, de liberté, de dignité, de fraternité et de justice.

© Fattoum Abidi 17.5.2016 

soldats

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

62 vues
Fattoum Abidi

Fattoum Abidi (1)

Après des études universitaires en philosophie à Tunis et en littérature française à la Sorbonne Paris IV, Fattoum Abidi, Tunisienne d’origine, est aujourd’hui fonctionnaire à la télévision.
Depuis l’âge de 14 ans, elle aime écrire et peindre. Elle a d’ailleurs trois romans à son actif en cours d’achèvement. Et elle prépare ses expositions personnelles de peinture dans l'art contemporain. Et elle a participé dans des e books de poésie avec des poètes de tous les coins du monde suite à des concours de groupes sur facebook

S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Mickael Pin
Membre
18 mai 2016 8 h 36 min

Plutôt que de bâtir des ponts entre nos terres

Il serait judicieux de fermer nos frontières

Car pourquoi le nier, il est trop évident

Qu’incompatibles sont Orient et Occident

Comme un épouvantail posté à nos fenêtres

L’étendard ondulant au souffle des regrets

Condamne sans appel les félons et les traîtres

Qui ont contribué à l’afflux d’immigrés