Marée noire – Jean-François Grégoire

Moi, soleil rubescent, j’embrase à l’horizon
Une mer de poison nappée d’hydrocarbure
Flottant comme une merde après défécation
Sur l’eau d’une cuvette aux relents de chiure.

Les crasseux chimiquiers tirent des chasses d’huile
Engluant les oiseaux d’un liquide poisseux
Étouffant les poissons dans un sordide asile
Dans une onde souillée de mazout pernicieux.

Bretagne mon amour réveille tes légendes
Appelle de tes vœux le bag nez et l’ankou
Pour chasser du grand bleu la gangrène aux calendes
Et draper d’un linceul nos infâmes dégoûts

Branwen, Vénus des mers, supprime ces boulettes
Noires et goudronnées salissant nos trésors
“An aod hag ar mor” et nos marins honnêtes
Qui pleurent sur la côte en regardant l’Arvor.

maree-noire-cote-001

Quelques définitions :

Bag nez: Bateau de nuit dans les régions du littoral. Il a pour capitaine l’ankou de la mer.

– Ankou : La mort. Serviteur de la mort.

Branwen : sœur de Bran et épouse du roi irlandais Matholwch. Vénus des mers du Nord, fille de Llyr (dieu de la mer), une des trois matriarca de Bretagne avec Arianrhod, la dame du Lac, et Rhiannon. Déesse de l’amour et de la beauté, le corbeau blanc.

– An aod hag ar mor: La côte et la mer.

– Arvor : le littoral.

Jean-François Grégoire

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

69 vues
Sauvegardes Poèmes

Sauvegardes Poèmes (538)

Ce compte regroupe tous les poèmes des auteurs qui ne sont plus inscrits sur le site en tant que Membre afin de laisser une trace de leurs textes pour le plaisir des lecteurs depuis le site Plume de Poète.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
3 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Invité
21 octobre 2015 10 h 38 min

Je vous remercie d’avoir bien voulu passer par chez moi. J’aime la Bretagne et parfois il est nécessaire d’en parler avec force pour s’imprégner de sa beauté qui doit rester immaculée. Je ne suis pourtant pas né sur cette terre du bout du monde aux contours granités qui éclatent les vagues émeraude en embruns pailletés. Arc-en-ciel de couleurs sur la palette des saisons quand le soleil se couche en embrassant l’horizon. Alors, vous comprendrez aisément que nous devons protéger cet écrin sauvage de beauté. D’où ce cri du cœur…
Merci encore de m’avoir lu.
Poétiquement,
Jean-François.

Bossis Marie-christine
Invité
20 octobre 2015 22 h 34 min

Bonsoir Jean-François;

j’ai beaucoup aimé votre poème. Je fais partie des “Amis de la Bretagne” -il y a cette association dans le monde entier ou presque- et je vais le donner à notre présidente pour le faire connaître autour de nous et vous en même temps. J’ai aussi un rapport avec la Bretagne où mes parents sont enterrés , plus précisément à Guer;mon père s’appelait Gurval et il a baptisé notre maison en Loire Atlantique au Fresne-sur-Loire -frontière avec l’Anjou- Ker Goz! Merci!