Le feu des comètes – Arty zhanal

Mille miettes de nuit ne font pas les grands rêves
Ni chevaucher le vent sur l’écume des grèves.
Quand les fragments de lune abandonnent, bannis,
Tu t’éveilles à nouveau dans ce jour infini.

Qui te guide aujourd’hui sur la route pluvieuse ?
Tu voudrais la beauté mais la mort est envieuse.
Le blanc marbre n’est fait que pour le teint blafard
Toi la pourpre à ta peau transparait sous le fard.

Les démons savent tout des crimes qu’ils commettent
mais les preuves s’en vont dans le feu des comètes.
Dans ton ventre un incube injecte tous les soirs
le flux d’or fin fondu de tous tes ostensoirs.

je ne peux te haïr et t’aimer serait pire,
en des temps révolus tu étais mon empire.
Ai-je bu ton poison dans le vin du festin
sans jamais pressentir mon funeste destin ?

Lucifer a forgé dans ta main une lame
pour me trancher ce coeur attaché à ton âme.
Où l’enfer est empli de sombre vanité,
tu ne seras jamais une divinité.

diable

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

12 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires