Je parle à ma plume – Gyslaine LE GAL

Je parle à ma plume

Marcher dans le néant puis se réveiller dans l’impossible,

Appréhender son refuge, pleurer sur cette fausse idylle

Concentration diminuée par la lourdeur de la pensée,

Regard vide, tête perdue dans un présent inanimé.

Corps appauvrit, ma démarche divague dans le lointain,

J’ouvre les yeux la nuit, en attendant demain.

Dans ce calme enveloppant, j’ai arrêté le temps,

Je soupire d’aise, bercée par la musique de mon temps.

Le soleil a basculé dans le noir paisiblement

J’aurais tant aimé pouvoir en faire autant,

Je parle à ma plume serrée entre mes doigts,

Elle retranscrit mes joies et mon désarroi.

J’avance à grands pas vers une autre vie,

Laisser derrière moi les sources de mes dépits

Retrouver la sérénité, apaiser mon cerveau impulsif,

Glisser dans le sommeil dans un calme décisif.

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

4 vues
Sauvegardes Poèmes

Sauvegardes Poèmes (538)

Ce compte regroupe tous les poèmes des auteurs qui ne sont plus inscrits sur le site en tant que Membre afin de laisser une trace de leurs textes pour le plaisir des lecteurs depuis le site Plume de Poète.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
4 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Brahim Boumedien
Membre
26 octobre 2016 14 h 16 min

Parler à sa plume est une excellente chose : c’est une thérapie contre la morosité et le spleen envahissant. De plus, l’avantage de la plume, c’est d’être à la fois, la confidente sûre et la conseillère exemplaire !

Merci, chère amie, pour ce partage intéressant et utile !

Plume de Poète
Administrateur
26 octobre 2016 13 h 24 min

Merci pour ce partage Gyslaine !
J’aime beaucoup votre écriture simple qui laisse glisser les mots à la lecture avec de très bons clichés.
Bien à vous,
ALain