Jacques Brel – Philippe Dutailly

Jacques Brel

Même s’il fait beau sur les Marquises,
Pour moi, elles sont une banquise
Qui, à jamais, gela mes larmes,
Le jour où tu rendis les armes.

Toi Jacques Brel, toi mon aîné
Toi qui m’as souvent amené
Avec Mathilde ou Madeleine
Dans tes refrains à perdre haleine.

Ici, tu vois, rien n’a changé.
La terre est toujours en danger
Et les singes de ta chanson
Hurlent toujours à l’unisson.

Maintenant l’amour essentiel
Est vendu par des logiciels.
Il est facile de se leurrer
Mais le plus dur reste à pleurer…

Je souhaite que, dans le ciel épais,
Un Dieu te donne enfin la paix
Mais je doute qu’il vienne à bout
D’un ange qui veut rester debout.

19/09/1988

4.5 2 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

14 vues
Philippe DUTAILLY

Philippe DUTAILLY (54)

Tombé amoureux de "L'albatros" de Charles Baudelaire, poème appris lorsque j'étais 'écolier et nourri au hasard de Victor Hugo, Georges Brassens, Léo Ferré, Lamartine et beaucoup d'autres, j'ai commencé à faire rimer les mots vers l'âge de 18 ans. D'abord très inspiré par Brassens, j'ai pris, au fil du temps, mon autonomie pour en venir à des textes plus intimes qui, pour certains, servirent d'exutoire à des émotions mal vécues.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
4 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Arnaud Mattei
Membre
3 janvier 2021 22 h 33 min

Très bel hommage à ce géant, merci

Alain Salvador
Membre
3 janvier 2021 18 h 17 min

Philippe, c’est trop joliement écrit pour laisser un commentaire, il ne serait pas digne de ton poème et de Monsieur BREL.
Heureux de pouvoir te lire de nouveau .