IL NE LEUR MANQUE QUE LA PAROLE -Chap6 (à suivre) – Véronique Monsigny

CHAPITRE 6 – Avec le temps va…

–        Ah ! mon bon Charly, je commence à ne plus sentir ton odeur. J’ai beau occuper ton panier le plus souvent possible, pour prévenir toute tentative d’invasion par le chinois, je perds jusqu’au souvenir de ton grognement ! Je dois t’avouer que je commence à m’y faire au Mao. C’est un chien qui gagne à être connu.  De prime abord, il est plutôt remuant, toujours partant pour une partie de chat-chien. Pas comme toi ! Mais après la partie, il devient sérieux comme un petit Bouddha. Toujours un proverbe à la gueule.

–        Ouaf  ! Câline, tu miaules toute seule maintenant ? Ah ! non, je sais tu parles à ton ancêtre. Tu as raison le culte des ancêtres c’est important. Dis-moi, tu as vu qu’ils ont sorti les valises ?

–        Oui, je sais, je vais d’ailleurs aller m’y installer. Peut-être qu’ils m’emmèneront cette fois. D’habitude, ils me laissent là.

–        Toute seule ? mais c’est cruel !

–        Oh pas tant que ça tu sais. Je reste tranquille chez moi et Simone, la voisine, vient me voir matin et soir. Caresses et croquettes à volonté.

–        Ouif ! , bien sûr, tu n’as pas besoin de sortir, mais moi ? je fais comment ?

–        Touah ! ils t’aaaaabandonnent bien sûr. T’as l’habitude.

–        Ouhouf, c’est pas possible. Des mois que je fais l’effort d’être à la hauteur des attentes de Chéri Je cours derrière lui alors que je préfèrerais une partie de balle-attrape. J’accepte que Justine me tire la queue et les poils en refoulant ma dignité. Je laisse même Madouce me porter et me faire une « queue de cheval » sur le front : Quelle humiliation pour un pékinois ! Encore si elle me faisait une longue natte comme celle de mes ancêtres. Quel manque de goût ! C’est ridicule…  Malgré tout, Je me suis attaché à eux maintenant. On ne va pas encore me changer de maitres…

–        Maouh non ! je rigole ! ce n’est pas le genre de la maison. Et puis, toi, tu es un modèle réduit spécial voyage !

–        Ouif, c’est ça, moque toi ! je suis peut-être petit mademoiselle la chatte-ni-touche, mais ne juge pas le grain de poivre d’après sa petite taille. Goûte-le et tu sentiras comme il pique.

–        Mouais, bon salut Mao-sait-tout, je vais squatter la valise…

(à suivre)

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

6 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires