Un baiser l’accueillant – Béatrice Montagnac

        Un baiser l’accueillant (Rondeau parfait)

 

Un baiser l’accueillant sur ma bouche cerise

À me faire trembler de plaisir en douceur

Ce doux voyage une céleste gourmandise,

Cette folle embrassade un attrait de bonheur.

 

Les oiseaux sont séduits du spectacle enchanteur,

Leurs sifflements joyeux une ballade exquise

Ce bel air de Mozart en un refrain charmeur;

Un baiser l’accueillant sur ma bouche cerise.

 

Cette chanson enivre et enflamme la bise

En un brûlant bécot prospérant notre ardeur,

Le vent souffle joyeux sur nos corps à sa guise

À me faire trembler de plaisir en douceur.

 

Marchant sous le soleil écrasant de chaleur,

Vêtu légèrement nous rêvons à Venise,

Et flâner en gondole au clair de lune en fleur,

Ce doux voyage une céleste gourmandise.

 

Nos mains en se touchant un frisson nous attise

Pour une ritournelle en un ballet rimeur

Aux rythmes sensuels dans la forêt surprise,

Cette folle embrassade un attrait de bonheur.

 

En chemin nous chantons un poème slameur,

Au terme de la route apparaît bref l’église,

Puis nous entrons heureux dans la tour en couleur,

La célébration, ce jour se réanalyse.

 

             Un baiser l’accueillant.

 

                     Béatrice Montagnac

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

25 vues
Béatrice Montagnac

Béatrice Montagnac (52)

poétesse entre rêve et réalité de l'amour à la détresse et parfois révoltée poétesse engagée(née à Lathus saint rémy 86390)

Romancière de roman policier un deuxième roman en cour d’écriture

l’écriture une évasion au delà des mots

Mon recueil de poésies sensuelles, poème d'une révolté, poésie nipponnes sont sortis aux éditions Stellamaris

S'abonner
Me notifier pour :
guest
4 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Anne Cailloux
Membre
9 mars 2019 20 h 24 min

Ou lala, envie de prendre place dans cette gondole.
très romantique et pleins de sensualité.
très comme j’aime.
Anne

Christian Satgé
Membre
8 mars 2019 16 h 59 min

Un superbe texte dont la facture classique est parfaitement. Bravo et merci pour ce partage, Béatrice…