MARS – Véronique Monsigny

MARS – Véronique Monsigny

 

Te voilà mois de Mars qui parle de Printemps

Ta douceur enjôleuse y fait croire un instant

Tu sèmes des pâquerettes que de jeunes friponnes

S’empressent de cueillir pour tresser des couronnes

 

Masque de carnaval, Jean qui rit Jean qui pleure

Bientôt on y croirait tant sont douces ces heures

Que tu baignes de soleil et de tendre lumière

Si bien que l’arbre éclate et bourgeonne de vert

 

Mais fol qui s’y fie, tu n’es que le mirage

Et d’un futur été tu n’es que le présage

Car le vent et la pluie ces enfants de l’hiver

Viennent rafraîchir l’espoir un instant entrouvert 

 

La nature se pare des couleurs les plus tendres

Met un voile de bleu sur sa robe de cendre

Allons ! Si ce n’est pas encore la belle saison

Il faut semer les fleurs des futures moissons

 

 

 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

9 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Brahim Boumedien
Membre
1 mars 2016 15 h 31 min

Merci, Véro, pour ce très beau poème.Seule une fleur printanière à la sève “véronienne” peut “confondre” mars de cette façon et le mettre dans ses petits souliers. Il l’aura cherché ! Qui a dit que les femmes sont faibles ?