Mariage : Les œuvres d’art de leurs créateurs. – Anne Cailloux

Rencontre improbable.

J’ai fait un rêve….

Un samedi soir comme il en existe tant, aux deux magots, Saint germain-des-prés se prépare à une fête, dans un déclin de jour incandescent.

La devanture du restaurant, attire les derniers rayons de soleil, pour incendier les toiles et les pinceaux de ces aquarellistes, qui traînent leurs âmes en peine dans ce quartier qui deviendra mythique.

Je rejoins ce lieu, qui ressemble beaucoup au paradis…

Il y à Léonard de Vinci qui est venu avec deux femmes

Une jeune fille décoiffée très timide et la Joconde

Qui fait un sourire narquois à Picasso

Qui ne la voit même pas, trop occupé avec les demoiselles d’Avignon venue spécialement pour ces beaux dieux.

Il ne s’occupera pas de ses femmes

Préférant dessiner un arlequin qu’il offrira à Apollinaire

Son meilleur ami.

Adossé contre la vitrine, Jean-Paul Sartre

Se fait un huis clos avec Simone de Beauvoir

Il lui murmure des mots qui feraient pâlir

Le diable et le bon dieu.

Simone lui fit un sourire, puis lui répondit

Que par la force des choses, elle était le deuxième sexe

De leur amour.

Plus loin, les joueurs de cartes sont déjà en pleine bataille

Le jeu est tenu haut la main par Paul Cesanne

Qui gagne le grog lot, ce dernier sera offert par

Van Gogh lui-même, des iris, qui deviendront immortels.

Van Gogh écoutera les remerciements que d’une oreille

L’ autre, était occupé ailleurs.

Derrière le comptoir, Paul Gauguin

Pour une fois, écoute des deux oreilles

Il est partagé, entre les femmes de Tahiti

Qui lui murmurent des mots doux, et de l’autre côté

Jacques Louis David qui pleure la mort de Marat,

Il implorera le Christ en croix, sans aucun résultat.

Au fond de la salle, des cris de joie se font entendre

Je tourne la tête, Gustave Klimt échange un baiser,

Avec Sandro Botticelli qui fête la naissance de Venus.

Pour la bonne occasion, Claude Monet est venu

Lui offrir des coquelicots, qu’il à cueillis à la gare Saint-Lazare.

Pendant ce temps, Henry Matisse

Mène la danse au milieu de la salle

Invitant la belle Tamara de Lempicka

Qui croquait le portait du Marquis de Somm.

Francisco de Goya m’invite à sa table

Où se tient le Colosse le plus énigmatique

Que j’ai pu rencontrer.

Puis, un homme monte sur une table,

Il s’appelle Auguste Renoir, il invite tout le monde

Au bal du Moulin de la Galette

Il est acclamé par tous ses fous.

Avec deux heures de retard, Édouard Manet

Entre en salle, il ne pouvait quand même pas manquer cela.

Il s’excuse ayant été retardé dans

Un bar aux Folies Bergères.

Il vient retrouver son ami le buveur d’absinthe,

Paul Rubens, qui décide de partir à la chasse au tigre

En plein Paris. … Quelle époque..

Salvador Dali se penche vers moi, me murmure

Qu’il veut me croquer au milieu des éléphants

Je le vois dans une brume puis plus rien ..

Je me réveille dans mon lit

Déçue de cette symphonie inachevée

Le miroir de l’entrée me renverra

Mon minois plein de peinture….

Il y a des rêves inexpliqués

Et des réveils inexplicables…

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

6 vues
Anne Cailloux

Anne Cailloux (304)

Depuis ma naissance, je fus autodidacte et trop rêveuse.
Spécialiste dans l'art thérapie et les maladies neurodégénératives, j’essaie de retenir le temps des autres et du mien.. Quelques diplômes, une passion pour l'art et les poètes. J'ose dormir avec Baudelaire.
Je suis une obsédée textuelle . Je peins, je crée et maintenant j’écris. Je remets cent fois mon ouvrage pour me corriger. De quinze fautes par lignes je suis passée à quinze lignes pour une faute... Deux livres en préparation et peut-être un recueil de poèmes, si Dieu veut.Anne

Je suis une junky des mots..

S'abonner
Me notifier pour :
guest
5 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
O Delloly
Membre
2 juillet 2017 17 h 05 min

Merci Anne pour ces moments bien décrits sur l’art
Pensez à ajouter votre nom à côté du titre, next time

Merci Anne, pour avoir corrigé les qq fautes! C’est Cool !

Bien à Toi, et merci pour ce rêve pictural

Oliver