L’oeil complexe – Patrice Fougeray

L’oeil complexe

 

Dans le miroir, plus de reproches

Il fallait que tout s’éteigne

Que pour moi vienne le soir

Il a suffi d’un coup de broche

Pour ne plus contempler mon règne

Faire devant moi, en moi, le noir

 

 

Déjà, je ne voyais plus rien

Mes yeux sanguinolents

Où se mêlaient des larmes

Ne reflétaient plus le ciel serein

Et leurs cils si charmants

Ne battaient plus pour les dames

 

Elles baissaient leurs yeux pers, verts

Devant ma haute prestance

Leurs joues, discrètement, rougissantes.

Le Destin funeste, sévère,

Fit à l’Oracle implacable, obéissance

Et rendit ma volonté, face à lui, impuissante.

 

J’avais fouillé de ma lame

L’envoyant au sépulcre,

Le ventre de mon père

Et de mon sexe infâme

Lors de nos nuits de lucre

Celui de ma propre mère.

 

J’erre de route en route

Aveuglé de remords

Je souffre dans mes tripes

Je règne dans le doute

Maudissant en vain le sort,

J’ai pour tout nom : Œdipe !

4 1 vote
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

6 vues
Patrice Fougeray

Patrice Fougeray (41)

Journaliste retraité de la presse écrite régionale,J'ai été amené à m'intéresser à tous les aspects de la vie en société. Cependant plus attiré par la culture que les faits divers, même si certains de ceux-ci m'ont conduits à écrire une recueil de nouvelles ,"L'Oeil inquiet", puis un récit romancé ," Relation(s)" en recherche d'éditeur, et un second recueil de nouvelles "Vies secrètes", également en attente d'édition.
Mon psuedo d'auteur, Julien Ertveld, vient de la séparation des mes centres d'intérêt lorsque j'étais journaliste. Il s'agit du nom de jeune fille de ma mère, dont le père avait une origine belge.
J'écris de la poésie depuis l'âge de seize ans.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires