L’EVEIL AU PRINTEMPS – Véronique Monsigny

Au jardin fleurit le printemps

Sous le soleil

La terre sourit à toutes dents

Fleurs vermeil

 

Le chat tente sieste au dehors

Est-ce prudent ?

Il redoute de devoir  l’effort

C’est dégradant

 

La glycine se love lascive

Sur la maison

Etend sans bruit vers la solive

Sa profusion

 

Chacun ici tente l’effort

De l’évasion

Renoncer au petit confort

De la maison

 

Mais le sarment pour faire treilles

Et jus donner

Doit le cépage qui l’ensommeille

Abandonner

 

Aux premiers frimas de l’hiver

Jeunes imprudents

Nous retrouverons le couvert

Pour un quart d’an

 

 

 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

2 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires