L’être à L’eau – Val Reval

Que dire de supportable après tout ce massacre

Face à face de part et d’autre du précipice creusé

Ma voix saura-t-elle sans faillir jusque-là se porter

L’amertume sourde lasse et jadis invaincue

S’immisçait importune comme un hoquet têtu

 

Depuis la tendre enfance naturellement je t’aime

Aussi léger qu’il fait beau bleu soleil ou pluie

D’un amour pur, inné, un oiseau qui respire

Une raie sous la vague qui posément ondoie

 

L’oubli ce grand secours ce sauveur amnésique

Souverain de l’exil, bouclier de la pensée

Telle la feuille par le vent soudainement frôlée

S’évanouit sans effort à la moindre musique

 

A ton image encore, encore mon cœur se froisse

Révélant un amour heureux d’être vivant

Qui ne scrute pas au loin de traces d’ouragan

Mais fraternel fredonne une de nos chansons

 

Si ces mots balbutiés trouvent en toi un écho

Si survit à mon endroit un faible sentiment

Rejoins-moi sur la route rejoins-moi je t’attends

 

Peut-être le silence a inondé ton cœur

Surtout ne jouons pas au passé dans un leurre

L’avenir dans sa course trouvera son chemin.

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

57 vues
Val Reval

Val Reval (49)

Ecrire est pour moi une urgence qui se manifeste à toute heure.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires