Les fleurs de l’âme – Martine Brûlé

baudelaire

Est-ce à Baudelaire que je dois ce goût des vers
Ou aux alcools d’Apollinaire, moi je m’y perds
Alors qu’au petit matin, oui, c’est bien à jeun
Que je m’évade d’un rien au son d’un serin

Aurais-je été plus sage sous ta plume, Ronsard
Cultivant plus d’une page à la fleur de mon âge
Moins libertine sous les doigts de Lamartine
Frôlant la mutine à l’heure des Matines

Sans doute un fardeau pour Verlaine et Rimbaud
Fût-il si beau ou si ivre ce grand bateau
Mais bien mieux armée pour les yeux de Mallarmé
Semblant moins apeurée mais en rien libérée

Mais de Musset, la muse, sans autre excuse
De ses douces nuits j’en veux et j’en abuse
Dure pour Villon mais tendre avec Aragon
A en perdre la raison, en toutes saisons

Et même si Hugo me surveille de bien trop haut
Demain, dès l’aube, moi, je soignerai mes mots

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

7 vues
Martine Brûlé

Martine Brûlé (47)

Je m'appelle donc Martine ... et je suis née le l8/10/1966 à Rouen. De formation initiale en communication j'ai longtemps travaillé pour les municipalités d'Yvetot et d'Elbeuf.
Je suis actuellement chargée de documentation à la Fabrique des Savoirs, pour le compte de la métropole de Rouen. Je participe depuis une petite année à un atelier d'écriture.
J'ai toujours aimé lire et j'écris depuis ... que j'ai appris à le faire, sauf qu'aujourd'hui j'ose enfin partager un peu.
http://martine-brule.blog4ever.com

S'abonner
Me notifier pour :
guest
4 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Aure
Membre
10 juin 2016 22 h 15 min

J’aime à imaginer
les grandes Plumes
regarder par dessus
notre épaule

Véronique Monsigny
Membre
8 juin 2016 17 h 49 min

merci Martine pour cet hommages à ces illustres poètes auxquels nous devons tant… quand je les lis, je n’ose plus écrire… mais il faut savoir suivre le Maître de loin et sans lacher prise…

Brahim Boumedien
Membre
8 juin 2016 0 h 15 min

Merci, Martine, pour ce superbe partage !