Le cheval de guerre – Christian Satgé

Petite fable affable

Bête de labour devenue cheval de monte,
Une rosse allant toujours à bride abattue
Narguait, pis morguait, ses père et frères. Sans honte
Elle se rinçait la bouche de son statut
Nouveau qui, seul, lui donnait valeur et vertus.

« Ne redoutant de mourir, ne craignant de vivre,
Je suis advenu plus haut que je ne suis né,
J’irai là où vous n’irez jamais, de gloire jà ivre,
Sans creuser sillons, aux durs labeurs condamné
Ni tirer charrois tout au long de mes années,
Fit-il, au milieu d’un millier de mouches.
Et je suis bien bon de vous en dire, là,
Ma râtelée, ne voulant mie, hors escarmouche,
Traiter avec plus petit sire que moi.…Voilà
Jusqu’où mon bon cœur me conduit sans tralala ! »

Mais la bête qui le mit bas, sans manigance,
Certes l’esprit las et le pas fort fatigué
Qu’indispose cette insufférable arrogance,
Mortelle navrure à son cœur mal irrigué,
Osa, trottinant et crottinant, répliquer
Non sans un brillement de l’œil – était-ce larme ? – :
« Tu nous penses passifs parce que patients
Et vas l’esprit émoulu céder aux vains charmes
Du métier des armes, jeune inconscient
À la langue affûtée, te croyant omniscient
Mais nous serons peut-être ceux qui, l’année prochaine,
Tireront ton corbillard, mon beau baraqué ! »

Notre prétentieux ne digéra pas sans peine
Cette arête fichée en sa gorge, le caquet
Las clos, ne la pouvant ni gloutir ni raquer.
Pis, notre fier bourrin, fort haut à la piaffe
Mais des plus basses de poil, à peine rendu
Au champ d’honneur y connut la funèbre épitaphe
Des héros apprenant par soi, quoi qu’en gueule fendue,
Qu’il est des pentes aussi vite montées que descendues !

© Christian Satgé – décembre 2018

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

25 vues
Christian Satgé

Christian Satgé (834)

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires