La savante, l’érudite & l’abruti – Christian Satgé

Petite fable affable

 

La paix au cœur face aux aléas de la fortune

Une vieille poule qui glosait prou en gloussant,

Se croyant savante à ce prix, voit une importune

Jouer l’érudite en sa cour, se trémoussant.

C’était une cane, du bien d’autrui jalouse

Comme, disait-on ici, seul sait l’être l’humain :

Et ce trésor n’était pas fait de pierres ou flouze,

On parle de “réputation”, de haute main

Sur le commun bien moins ignorant que vulgaire.

Nos deux doctes, même s’il pas sage d’outrer

Entrèrent en conflit, tout mot provoquant une guerre :

« Viles arguties capillotractées que vos traits !

 

– Vain babil que vos paroles, Ma Chère, et stérile

Babillage que vos propos. Si votre Savoir

Était omniscient vous ne seriez si débile !

 

– Encyclopédique est ma culture, Lavette de lavoir ! »

 

Et nos deux Lumières passaient pour deux commères,

Avec application, avec implication,

Le temps passant, les jours filant. Toujours plus amères

Pour un peu d’or, pour moins encor’, avec passion

On se déchirerait moins que ces deux pointilleuses

Pédantes, cuistres vétilleuses car leur honneur

Était en jeu autant qu’enjeu. Mais nos deux brailleuses

Lassent le dindon, chicane rendant zizaneur

Ce sot qui ne s’ignore pas : « Voilà ce que science

Mal comprise amène aux têtes plus pleines que bien

Faites : Orgueil et Impatience !… La sapience

Et le Gai Savoir me suffisent, ô combien !

 

L’idiot ne doit causer que de ce qu’il sait, Pauvre Inculte !

Lance la cocotte au jouvenceau joufflu et impudent.

Parce que de l’entre-soi la Suffisance a le culte,

La canette renchérit à destination de notre imprudent :

Tu ne peux ni comprendre ni nous comprendre,

Sottard, fils d’ignare, et ne nous mérites pas !

 

– Et à vous ouïr, j’en suis bien aise à tout prendre.

Alors, de grâce, mettez vos disputes au trépas ! »

 

© Christian Satgé – avril 2021

5 2 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

12 vues
Christian Satgé

Christian Satgé (834)

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
4 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Philippe DUTAILLY
Membre
4 avril 2021 8 h 37 min

Il y a là le bestiaire et le débit de La Fontaine. Super

Arnaud Mattei
Membre
3 avril 2021 20 h 28 min

Bravo