Qui vous tu – Arnaud Mattei

 

Qui es tu toi le féminin
Chapelle ou cathédrale,
Princesse ou alors vestale ?
Qui es tu toi le masculin
Châteaux ou palais papal,
Prince ou alors sénéchal ?

Tu es l’avenir du souvenir
Consécration tentatrice,
Bue au calice des délices !
Tu es l’amitié et le sourire
Réunis autour du cénacle
A la table du tabernacle !

Qui es tu toi douce mère
Protection ou caresses,
Louve ou alors tigresse ?
Qui es tu toi tendre père
Douceur ou gentillesses,
Armure ou alors rudesse ?

Tu es la terre qui enterre
Les sanglots des chagrins,
Sur le bord des chemins.
Tu es l’arme des armées,
Dans les mains retenant,
Les colères de l’enfant !

Etes-vous réellement
Belles reines ou bons rois,
Douceurs ou alors émois ?
Etes-vous seulement
Mirages ou onde de joie,
Ariane ou alors fil de soie ?

Arnaud Mattei, le 29 Mars 2021
©2021 tous droits réservés

4 1 vote
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

4 vues
Arnaud Mattei

Arnaud Mattei (80)

Les poèmes sont cent, ils sont mille, ils sont uniques. Ils sont de toutes les cultures, de toutes les civilisations. Ils sont odes, ils sont sonnets, ils sont ballades. Ils sont vers, ils sont rimes, ils sont proses. Ils sont le moi, ils sont l’émoi. Ils chantent l’amour, ils disent nos peines, ils décrivent nos joies. Ils ont la force de nos certitudes, ils accompagnent nos doutes. Ils sont ceux de l’enfance, ils traversent le temps, car ils sont le temps. Ils ont la pudeur de la plume, la force d’un battement d’ailes. Ils sont ceux qui restent, ils prennent la couleur de l’encre sur le papier, sombres clairs, multicolores.
Alors ces quelques mots pour la souffrance de les écrire, pour le bonheur de les dire, pour la joie de les partager.
Des quelques poésies de mon adolescence retrouvées dans un cahier aux pages jaunies, d’un diplôme jadis gagné à un concours à mes presque soixante ans, il se sera passé un long moment de silence, une absence que le vide du temps ne saurait combler. Je crois avoir fait de ma vie, une vie simple et belle avec ceux que j’aime. Pendant ces quelques décennies, les mots sont restés au plus profond de moi.
Aurai-je la force de les dire, saurai-je être persévérant pour les écrire ? Et vous, les écouterez-vous ? Peut-être aujourd’hui, peut-être demain, peut-être maintenant, qui sait….

S'abonner
Me notifier pour :
guest
8 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Pascale Jarmuzynski
Membre
9 avril 2021 9 h 29 min

Lun voudrait être l’une …
L’une voudrait être l’un …
Mais dans l’un et dans l’une
des choses ne changeront jamais …
Cordialement.

Philippe DUTAILLY
Membre
4 avril 2021 8 h 45 min

Féminin – Masculin : Opposés mais complémentaires. En principe…

Alain Salvador
Membre
3 avril 2021 20 h 43 min

Nous jugeons nos parents lorsque nous ne sommes encore que des enfants. Ce que nous ne savons pas à cet âge, c’est que nos parents ne nous jugent jamais.

Colette Guinard
Membre
3 avril 2021 15 h 54 min

Qui es -tu ? question éternelle ,tel un mirage qui restera toujours un mystère pour l’humain!
Bonne journée à vous Colette