Gribouille pour deux bains – Erwan Le faucheur

Suffoque l’aire en un souffle perlé.

Ruisselle sur les vitres des airs constellés.

 

Certain en rang ou quelques peut désordonnés

Pour les fainéants, les serviettes échouées, restent plantées.

 

Claque sur le clapotis des éclats de rires en fratrie.

Une baffe aux soucis du trop d’émoi de nos vies.

 

Pataugent deux horizons dans la tiédeur du fluide des origines.

Immolent toutes les sensations avec ardeurs dans le liquide magnanime.

 

Le père, l’amant, le poète contemple apaisé

Dans cette sphère d’un moment des êtres différenciés.

 

Le premier est l’implacable logique raisonné.

Le second est l’indomptable magique passionné.

 

Mes enfants je vous gribouille ses quelques mots

Pour marquer le soleil en dedans quand dehors tombe des sceaux.

 

Juillet 2017

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

15 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires