Fable du coeur – Lucie guittard

Fable du cœur

L’odyssée de son humiliation révèle tous ses vices voguant entre jeu et perversion.

Le sang sur ses mains ne sont que les restes d’un rêve où lui, n’avait plus de demain.

En haut d’une avalanche ses poumons flanchent sous l’influence des fumées blanches.

Elle voulait être la première à mettre le coup de pelle, pour le voir perdre son étincelle.


L’apogée de ses ambitions nourrit sa décision de le voir s’envoler loin de son horizon.


Le privant de destin, elle chante sa joie d’avoir arraché le sourire de cet être mesquin.


Mais sa raison lui rappelle qu’un simple coup de pelle, ne tuera point ce foutu rebelle.


Accrochée aux branches de sa fierté elle déclenche la gâchette et eut sa revanche.

Liberté chérie, ne la tourmente pas trop pour t’avoir enchaînée aux pieds de son lit.

Oh demoiselle ne fais pas de zèle reviens prendre forme dans son enveloppe charnelle.

Le doux vent du présent se heurte à son coeur, la délivrant du mal aux yeux moqueurs.

L’été panse son âme écorchée, frustrée par le passé elle reprend vie en son humanité.

L’inconnu l’a certes démolie ma jolie, cependant grâce à cet ennui elle a enfin compris.

Oh ma belle éternelle, on ne la reprendra pas elle ne se brûlera plus jamais les ailes.

Par chance la douleur se meurt au contact du bonheur qui viendra sonner son heure.

Dignité, elle est désolée de t’avoir mise de côté pour cet étalon qui semblait intéressé .

La réalité revenue, elle se réveilla constatant que son imagination gardait tout son éclat.

Cet écrit n’est que poésie et dramaturgie d’une vie où la magie s’entretient dans l’esprit.

Consternée par l’abus, elle releva la tête avec élégance et réclama son droit d’individu.

Éblouie dans la nuit elle sourit, contemplant les fruits du plaisir de redevenir qui je suis.

.

©Lucie Guittard – 09/10/2018

 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

31 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Christian Satgé
Membre
9 octobre 2018 17 h 08 min

De la poésie en prose. Ch. Baudelaire avait ouvert la voie où vous voulez sinsinuez des plus brilalments. Bravo et merci pour ce partage…