Écume des jours – Patrice Merelle

Fini le temps de regretter

Et les larmes séchées

Par un soleil de fierté

Et des mouchoirs mouillés.

 

Tu marches sur une route poisseuse

Ton destin scellé, comme si tout était tracé

Suivre la piste d’une empoisonneuse

Vendant son venin d’herbacé.

 

Tu retourneras dans une spirale

Sabra cadabra, infernale

En dilettante, tournoyant

Comme un oiseau au gré du vent

 

Dépression des centaines de fois

A chaque fois salué par des rois

Ce que tu as vécu, tout le monde

L’a vécu dans une autre ronde

 

Faire fi des maux

Et les remplacer

Par des mots

Juste discuter

 

Tu es là, tu es venu

Veux-tu en déférer ?

Ton destin est tout tracé

Et pose ton cœur à nu

 

La vie est comme un jeu de dé pipé

Ton cœur saigne, et les traces laissées

Par les coups de griffes acérées

Ne se sont jamais cicatrisées !

 

Tu es comme une pièce de monnaie

Qui file sur le trottoir vers sa chute

Dans le caniveau, emporté

Par le ruissellement de l’eau, sans aucune lutte.

 

Fini le temps des fiertés

Et les larmes asséchées

Ont fini par laisser

Des traces non cicatrisées.

© Patrice Merelle 02-03-2013

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

7 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires