Dans l’ombre de mon rideau danseur – Fattoum Abidi

 

Dans l’ombre de mon rideau danseur

 

Dans l’ombre de mon rideau danseur,

Se positionne la silhouette sereine,

D’une sirène sortant d’une mer joviale,

Elle  s’esquisse un sourire  aux sages âmes bienveillantes.

 

Dans l’ombre de mon rideau rêveur,

Se dessinent les roses libres d’épines sauvages,

Elles m’inspirent ses sentences lyriques,

Et le temps porte très volontiers sa robe de lumière éclaireuse.

 

L’ardoise du destin griffonne,

Les sentences des dunes migrantes,

Qui sont éparpillées par la  férocité d’un vent

Manquant d’affections l’ironie  du moment apparaît et la sagesse adoucit la douleur souffrante.

 

Dans l’ombre de mon rideau planeur,

Mes rêves grandissent, dans un répit de sérénité je médite,

Et je me laisse emporter vers la balançoire

D’un rideau songeur où l’esprit est sage.

© Fattoum Abidi 22.6.2016

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

4 vues
Fattoum Abidi

Fattoum Abidi (1)

Après des études universitaires en philosophie à Tunis et en littérature française à la Sorbonne Paris IV, Fattoum Abidi, Tunisienne d’origine, est aujourd’hui fonctionnaire à la télévision.
Depuis l’âge de 14 ans, elle aime écrire et peindre. Elle a d’ailleurs trois romans à son actif en cours d’achèvement. Et elle prépare ses expositions personnelles de peinture dans l'art contemporain. Et elle a participé dans des e books de poésie avec des poètes de tous les coins du monde suite à des concours de groupes sur facebook

S'abonner
Me notifier pour :
guest
5 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Jean-Marie Audrain
Modérateur
10 décembre 2020 9 h 03 min

De bons mots sous une belle image, la recette d’une belle publication !

Véronique Monsigny
Membre
23 juin 2016 8 h 22 min

C’est tres beau Fattoum, et la liberte du style illustre parfaitement les ondulations du voilage…. merci

O Delloly
Membre
22 juin 2016 21 h 58 min

Cette poésie sauvagement irrégulière, je l’ai appréciée, car justement hors des règles,
remplie de douceur et de fraicheur, où le songe s’évade ! Merci