13 novembre 2015 – Hommage // Ce matin-là, Arthur s’était réveillé avec un mal de tête inouï – Stéphan Mary

10806353_688441981272983_6087143505320302130_n
Ce matin-là, Arthur s’était réveillé avec un mal de tête inouï. Était-ce dû à sa consommation d’alcool abusive la dernière nuit ? Vous aviez bu plus que raison, raison de toute une vie. Bien sûr mon cher Arthur vous étiez entre amis et aviez décidé d’une orgie. C’était votre anniversaire, vos vingt ans et comment ne pas fêter d’avoir été le roi de cette putain de nuit ! Arthur, je vous parle et vous le redis « Ce matin-là, Arthur s’était réveillé avec un mal de tête inouï ». Dans d’autres circonstances nous en aurions ri. Cela ferait presque le titre d’une nouvelle patraque d’ennui. Mais dans les décibels du rock métallique, les feux d’artifices scéniques avaient couverts quelques instants le début de ce massacre inique. Ils étaient arrivé dans nos dos pour assassiner un rock pas très à Billy. Je dis-nous car j’étais là moi aussi et comme vous j’ai vomi. J’ai dégueulé la peur des plus de frère de sœur de père de mère ; j’ai perdu le sens du nord du sud de l’est et comme vous j’ai eu la chance d’être à l’ouest de ces abrutis. Je ne savais plus moi-même où ramper par-dessus les corps sans vie, les vêtements ensanglantés, la vue brouillée quand votre main j’ai pris. Vous aviez saisi mon instinct de survie et sans un mot vous m’aviez suivi. Nous nous étions réfugiés dans les chiottes serrant des dents et la peur au ventre au milieu d’autres survivants quand je vous ait remis. Ce matin même mon cher Arthur, parce que vous vous étiez réveillé avec un mal de tête inouï, SOS médecin vous aviez appelé et c’est moi qui vous ait entrepris. Vous m’aviez expliqué que pour rien au monde vous ne rateriez le concert de la prochaine nuit. Le cachet à base d’opium a dû faire son effet puisque le soir même vous étiez au Bataclan oubliant votre migraine et ses effets pourris. Mais il y a eu une autre migraine, un collectif mal de tête inouï quand les kalachnikov ont fait entendre leurs bruits arythmiques. Vous et moi Arthur ne pouvons comprendre ces non-sens archaïques. Nous sommes des survivants d’un monde trop complexe et trop loin de ces putains d’études systémiques. Nous ne pouvons accepter les méandres tortueux de ces pensées antiques et sommes les ennemis jurés survivants à cette nuit cataclysmique. Nombre de nos amis sont tombés sous les balles de l’ennemi nous laissant seuls survivants la rage au ventre et le deuil infini. Et voilà que je viens d’apprendre votre décès mon ami. Je suis médecin des corps survivants mais je n’ai pu que vous sauver en vous octroyant quelques heures de survie. Je me souviendrai toujours de vous et j’écrirai un livre et vous fait la promesse que le titre sera « Ce matin-là, Arthur s’était réveillé avec un mal de tête inouï… ».
Stéphan Mary – Tous droits réservés – Novembre 2015 / Texte déposé
0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

4 vues
Stéphan Mary

Stéphan Mary (24)

1er prix du concours de poésie 2015 de Plume de poète "La différence avec "La robe"

S'abonner
Me notifier pour :
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Invité
14 novembre 2016 13 h 33 min

Très beau texte émouvant