Y A D’LA JOIE. SANDRINE COUDERT

Y A D’LA JOIE…

Les joies d’enfants résistent au temps,
Il en est qui sont enfouis si profondément,
Qu’ au seuil de la vie on les revit,
Leur plénitude est si rassurante ,
Quand la raison devient hésitante et vacillante .

En ce temps là la mort n’existait pas,
Tout allait de soi ,
L’insouciance était la loi,
Notre innocence ignorait doutes et regrets ,
On avançait devant tout droit,
A l’abri de tout même de l’ennui,
Le présent était omniprésent,
On ne savait pas qu’on construirait cette malle aux souvenirs,
Qui nous aide à grandir ,
Chaque fois que la vie nous fait souffrir…

Quand la vie bat tambour battant ,
Son bruit étourdissant est si éclatant,
Qu’ on ressent cet étourdissement
De tout son être pleinement ,
Rien d’autre n’est important ,
Et ce bonheur qu’on vit qui semble être permanent,
On ne sait pas que tout peut disparaître ,
Comme un rien en un instant ,
On ne sait que trop bien ,
Combien il était présent.
Le jour où il n’est plus qu’un souvenir évanescent,
Et il faudra le fil du temps
Pour le faire renaitre autrement .

En tricotant autour de soi ,
Les liens avec ces vivants,
Qui glissent tout doucement ,
Dans nos coeurs des sentiments ,
En conservant son âme d enfant .
On fera de ces mailles un autre soi ,
En grandissant on apprendra qu’ il y a des secrets de grands,
Que la sagesse et la patience
Découvriront et chériront.

Et on saura en aimant retrouver assez de confiance,
Pour se faire aimer et installer
Ce bonheur qui dort en soi toujours ,
Capable à tout moment de remonter à la surface ,
L’espoir omniprésent sert d’interface…

Car la vie quand elle est là ,
A horreur du vide ,
A besoin d’espace ,
Elle encourage l’amour ,
Il prend toute la place ,
Envahit nos vies laisse tant de traces ,
Que jamais on l’oublie.

Sa mémoire est tenace,
Car la vie tant qu’ elle est là,
Donne cet élan
Qui le propulse en avant ,
Le bonheur qu’ il procure
Son intention est pure,
Il comble notre besoin vital ,
Que l’éternité ne saurait réfréner,
Une pulsion phénoménale,
Qui depuis notre naissance ,
Jusqu’à l’instant final,
Est ce principe de vie fondamental,
Inculqué par cette essence divine ,
Qui dès que l’on nait
nous accompagne.

L’être humain est fait
Pour être heureux un jour il sait,
Il se sent alors tout puissant ,
Le coeur vaillant capable de se projeter dans l’avenir,
De toujours savoir rebondir,
D’oser revendiquer et satisfaire ses plaisirs,
Vivre c’est savoir se satisfaire du temps qu’on vit ,
En Prendre le meilleur partie,
Savoir en jouir passé présent ,
Et le prévoir dans l’avenir
Pour être capable de toujours s’en sortir…

Mars 2017
Sandrine COUDERT
Tdr

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

148 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Jean-Marie Audrain
Modérateur
14 mars 2017 13 h 38 min

Poème hautement jubilatoire !