Voguent les goélands – Georges Cambon

Voguent  les goélands

Après un long voyage

Comme des bateaux blancs

Sur l’océan sans nuage!

 

Oh! Jours heureux et lents!

A l’écume toute sauvage

Quand se brise l’élan

D’une course sans visage

Mon cœur devient violent!

 

Oh! Jours heureux et lents!

Ainsi le poète se nourrit

D’une vie de Bohème

Il marche sans un cri

Jusqu’au port extrême!

Oh! jours heureux et lents!

Si brève est la chance

D’une main qui se tend!

 

Voici d’un vol l’errance

Sur l’archet qui me ment!

J’ai tant pensé à vous

Toute vêtue de blanc

Qu’à nulle autre j’avoue

 

La  fièvre d’un  tourment!

  Un souvenir m’entraîne

comme un cerf- volant

dans le ciel des jours lents,

cette musique si lointaine!

.

©Georges Cambon

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

69 vues
Georges Cambon

Georges Cambon (79)

Ancien libraire, j'aime la poésie et la politique d'où mes choix, parfois, de textes engagés! Mes poètes préférés sont Aragon, Verlaine, Mallarmé et Valéry!

S'abonner
Me notifier pour :
guest
3 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
lucienne daeninkx
Invité
3 septembre 2018 11 h 23 min

J’a Biei apprécié votre poésie sur les goélands
Me permettez vous de la mettre sur mon site
si non je le supprime sans aucun problème
Akia Eklablog
Cordialement
LD

Christian Satgé
Membre
3 septembre 2018 9 h 23 min

Un fort beau texte où la métaphore n’est jamais loin. Du grand art…