Vieux écrits – IRIS 1950

Le temps se prêtait
À un bon nettoyage du grenier
ce que je fis armée d’un balai
Et d’une tenue appropriée
Vu la poussière qui se dégageait
Parmi les cartons bien rangés
J’ai retrouvé dans le grenier
Des vieux poèmes que je t’écrivais
Avec ivresse durant ces chaudes nuits d’été
Pendant lesquelles je ne dormais
Enfouis dans ma mémoire
Ces vieux grimoires
Que j’ai déterrés
Comme des vieux secrets
Entreposés dans une armoire
Sont revenus tel un espoir
De ces moments intimes partagés
Comme si ils voulaient me faire croire
Que le passé pouvait redevenir réalité
Ce temps où je conjuguais
Le verbe aimer à tous les temps
Puis j’ai refermé bien vite
Me disant que le passé était le passé
Et pour que j’avance dans la vie
Il fallait que je les jette bien vite aux oubliettes
sinon on me ramasserait en miettes.
IRIS 1950

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

8 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Christian Satgé
Membre
2 avril 2017 10 h 08 min

Belle description de ce qui attend – ou a vécu – toute personne qui écrit. Bravo Iris !