Toast d’automne – Giovanni Benini

A ce regard perdu

Au fond d’un soir de brume,

A l’ombre fugitive

Dans le parc aux cyprès,

A ces lèvres émues

Où affleurait l’écume,

Cette figure nue

Que les vents ont griffé,

Je lève un dernier verre avant d’appareiller

Pour l’ultime voyage au pays des nuées.

 

A ceux qui n’ont pas vu

L’avenir les chercher,

A ceux qui n’ont pas eu

Un passé à rêver,

A ceux qui ont donné

Tout ce qu’il ont reçu,

A ceux qui attendaient

Et n’ont rien obtenu,

A ceux qui sont ici

Et voudraient tout quitter,

A ceux qui sont partis

Et voudraient tant rentrer,

Je lève un autre verre avant de m’en aller

Sur la dernière vague aux rumeurs des marées.

 

A toi qui as aimé

Jusqu’à perdre raison,

A toi qu’on oubliera

Le jour des oraisons,

A toi qui as souffert

Au milieu des huées

Quand tu forgeais un vers

Pour le monde sauver.

A toi qui meurs de froid

Dans les rudes montagnes

Alors que l’on s’ébat

Au pays de Cocagne,

A toi qui apportas

Au coeur de mon hiver

Ce fabuleux aria

Qui souffla mon enfer,

Je lève un verre vide adressé au miroir

Où rôde ton visage au fond de sa mémoire…

 

©Giovanni Benini

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

24 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
6 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Invité
19 novembre 2018 20 h 30 min

Beau rythme belle musicalité. Je trinque à ce que vous en écriviez d’autres !

Christian Satgé
Membre
18 novembre 2018 19 h 20 min

Une belle construction et de parlantes images. Bravo t. merci…

Béatrice Montagnac
Membre
18 novembre 2018 19 h 15 min

Sublime poésie sur des instants de vie

O Delloly
Membre
18 novembre 2018 18 h 31 min

joli phrasé poétique
merci
Ol