SILENCE de Badar – Dominique Schreinemacher

 

SILENCE de BADAR… .
.
.
Tu dessines des silences comm’ le vieillard
Qui marche doucement le corps tout pantelant.
Animal sauvage, oiseau blessé au regard
Ô combien lointain ! Tu es devenu semblant..
.
.
Pour toi mon adorée j’aurais gravi des monts.
Mon cœur dans la fournaise aurait vaincu l’enfer.
Ma déraison a eu raison de ma passion,
Pour devenir la carcasse de mes chimères.
.
.
J’écoute tes silences, reflets de ton Âme.
De ce parfum d’ amour il ne reste plus rien,
Ton cœur lui ne sait plus parler, je suis sans arme.
J’entends encore tes mots doux : j’étais si bien.
.
.
Je vais nager, ramer dans l’antre de ton cœur
Pour me noyer dans les profondeurs du silence.
Ton indifférence devenue mon malheur
Fera de mon être un pauvre ermite en errance.
.
.
Tous droits réservés © BADAR.
.
.
Illustration : Peinture Badar et sculpture Lohe
.
.
_________BADARINE________
.
À tes Amours passions,
Tu ne fais que rêver ;
Tu ne sais pas aimer,
Crois-tu avoir raison ?
Ton Amour passionnel
Fera tomber tes ailes.
Chante ta ritournelle,
Tu ne seras pas celle
Qui, dans mon cœur bonheur,
Fera tout mon malheur…
Moi, je vais enfin cultiver
Ce que j’ai dans mon potager,
Arroser son cœur oublié.
De mes larmes de regret ,
Pour enfin l’aimer à jamais.

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

1 vue
S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Invité
13 juin 2017 21 h 40 min

voilà un très beau poème ; Le silence est la plus haute forme de notre pensée et derrière les remparts de l’indifférence, il existe un monde où sont enfouis tous les secrets les plus doux ;