Postlude de la précipitation – Laurelise Chalzib

Postlude  de la précipitation    Laurelise Chalzib

Le non-différé . L’immédiateté.

Pourquoi ne pas se délecter de la question?

La hokhma plutôt que la rage de conclure

Le délai non consenti,  la hâte de répondre!

Vous vous précipitâtes ma chère….

L’impulsion, l’éclair fulgurant de la mort

Zėbra votre intempérance.

Impatiente, fébrile,  incorrigible

Vous le fûtes !

A contrario, ce moment de délectation

Cette suspension dans le point d’interrogation

Ce territoire vaste, au delà de l’immense

Tellement  la réponse se fait attendre…..

Cette espérance, cette mouvance de l’attente,

Cette attente  de l’absence

Cette absence de nos points de rencontre

la diffėrance,  habillée d’éternité

Allongée de l’intemporel, saupoudrée d’infinitude

Ce trait-d’union kilométrique

Cet  abysse du temps, de l’espace

Cette coloration du silence Et

Ce mariage du vide et du rien

Création ex -nihilo, ad aeternam.

Se pourrait -il que les variations de ce thème

Se muent en un vertige astral à la  tonalité sidérale?

Ce vertge de la non-conciliation

Celle vêtue des oripeaux du manque

Rencontre différée  dans l’après  du futur

Comme un postlude illisible,  inaudible, oubliė . ……

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

39 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires