Platanes des 4 saisons – Marie Combernoux

PLATANES DES QUATRE SAISONS

Résultat de recherche d'images pour "platane arbre photo"

Où êtes-vous passés platanes de mon avenue, roux et or à l’AUTOMNE, qui lâchaient leurs feuilles au gré du vent et couvraient le sol d’un tapis que nous foulions pour le plaisir de l’entendre craquer sous nos pas ?

Où es-tu passé vent d’Autan qui soufflait encore chaud à la fin de l ’été et annonçait la pluie apaisante que nous attendions depuis des mois ?

Où êtes-vous passés cris et rires des enfants qui partaient à pied vers l’école, en s’amusant de tout et de rien : une feuille qui tourbillonne, un chapeau qui s’envole et après lequel on  court pour le rattraper,

un tout petit qui pleure dans le giron de sa mère, de jeunes garçons qui taquinaient les filles, flattées d’être remarquées ?

******

Et vous platanes de mon avenue en HIVER, chauves de toute feuille, où êtes-vous ? La neige vous recouvrait alors et c’était doux à regarder, sur le sol cette blancheur me donnait envie de laisser les traces de mes souliers.

Et j’y courais dedans, comme un chien fou, je m’en mettais partout, je prenais la neige à pleines mains.

******

Où êtes-vous platanes de mon avenue au PRINTEMPS, avec vos jeunes feuilles d’un vert tendre qui ne donnaient pas encore de l’ombre, mais la promettaient. Le soleil s’était réconcilié avec la nature et les robes colorées avaient remplacés écharpes et manteaux. Les écoliers continuaient leurs allers et retours vers l’école plus allègrement, car ils sentaient l’arrivée des vacances.

L’air était plus léger, partout les fleurs avaient sorti leurs corolles, des parfums nouveaux exhalaient des jardins que nous côtoyions le long des rues : parfum du lilas, parfum des arums, du tilleul et des acacias.

Où êtes-vous passés platanes du Printemps, prometteurs des délices de l’été qui arrivait à grands pas, porteur d’autres fragances, , prés reverdis , champs de blés encore verts, pas encore blondis par le soleil d’été, marguerites des talus , grillons chanteurs et papillons de couleur.

Vous non plus, je ne vous vois plus que dans ma fidèle mémoire, sensible aux parfums et aux couleurs des saisons.

*******

Et vous platanes de mon avenue les soirs d’ETE, qui avaient remis leurs larges feuillages sous l’ombre desquels les anciens amenaient leurs chaises à la fraîche, après leurs journées de labeur, et parlaient de tout et de rien, jusqu’à la nuit tombée.

Les enfants ne passaient plus sur l’avenue, ils jouaient dans les jardins, couraient, sautaient, infatigables, à des jeux de l’époque, cache-cache, trappe-trappe, la marelle, et autres jeux sortis de leur imagination.

Platanes de l’Eté , annonciateurs de paysages grillés sous le chaud soleil, des cri-cri des grillons , des yeux sur les ailes des papillons, des coquelicots écarlates dans les blés mûrs, où êtes-vous ? Dans quelle cheminée avez-vous été sacrifiés ?

Vous avez été remplacés par des arbres qui n’ont pas votre majesté et qui n’entendront plus les papotages et les secrets racontés les soirs d’été .

******

     © Marie Combernoux

 
 

 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

90 vues
Marie Combernoux

Marie Combernoux (46)

je ne suis plus une jeunette, je suis née le 3 Avril 195....et quelque, j'ai été élevé jusqu'à mes 12 ans à Caussade (82) par mes grands parents , qui étaient agriculteurs et négociants en fourrage, j'ai été élevé entouré de nature, d'animaux de basse-cour, d'un jardin, et j'ai aussi appris l'occitan car entre eux mes grands parents le parlaient. Après 12 ans de bonheur , je suis allée vivre àToulouse, avec ma mère et son mari. A partir de là, ce fut une autre histoire.... je viens d'écrire un libre de nouvelles, réelles et fictives, et de poésies, j'attend sa sortie. Voilà un peu de moi, mais vous ne savez qu'une partie de ma vie riche et cahotique à la fois Bien cordialement.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
5 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Fattoum Abidi
Membre
25 mai 2018 18 h 23 min

Merci Marie pour ce délicieux partage qui touche à nous toutes et tous lors de nos traversées adorées, chemin faisan nous chantons la magie de la nature. Et surtout pendant notre enfance, ça marque à vie cette beauté et joie naturelle
Belle journée
Mes amitiés
Fattoum.

Christian Satgé
Membre
25 mai 2018 12 h 08 min

Merci de chanter la majesté et la permanence de cet emblème de nos chemins et de nos routes, ces balises de nos routes de vie que sont les platanes. Merci, merci te merci Marie…