Le Pays des Dieux – Anne Cailloux

Santorin, Platon aurait narré, que sous tes eaux, repose l’Atlantide….

Tu es née un jour, où les Dieux étaient en colère,

enfantée par une explosion volcanique

où les divinités crachèrent cendres et laves.

Depuis, un dragon sommeille en ces lieux…

Santorin, au passé abyssal, ton histoire nourrit notre imaginaire.

Des millénaires plus tard, tu es toujours là.

Éole s’amuse toujours, en rejetant des bourrasques

de vent sur les bougainvilliers en fleurs.

Les bateaux enivrés se balancent et dansent en cadence avec la houle.

Ici, les maisons sont accrochées aux flancs des falaises.

Pour accéder aux valeurs de Thira

il faut grimper 600 marches en plein soleil

la petite Muraille de Chine… On prie les Dieux..

Les ruelles étroites montent en lacets jusqu’aux sommets

il est aisé de se perdre dans ses labyrinthes.

Il se dit qu’un certain dédale serait passé par ici..

Depuis la nuit des Temps, les architectes s’amusent avec les courbes

les maisons sont aussi rondes que les hanches des femmes.

Les ombres se cherchent, les clairs obscurs

accueillent quelques rayons de soleil

dans des pastels immortalisés par les plus grands peintres.

Les terrasses sont à ciel ouvert sur la mer

et les bleus des volets épousent toujours le blanc de chaux.

Les véritables stars en ce lieu, sont incontestablement les Dieux et les chats

qui se pavanent, dans ce paysage idyllique.

Aujourd’hui, Dionysos est en fête, le vin va couler à flots.

Dans les rues, les sourires se mélangent aux rires

plus loin, un sirtaki est improvisé.

De délicieuses odeurs de mezzos et des souvlakis titillent nos sens

les rues sont animées et nos cœurs aussi.

Les figuiers de Barbarie débordent à foison

dans des fruits charnus à volontés

des raisins de Corinthe sèchent sur le rebord des fenêtres.

Orphée nous charme de ses notes

ici la musique prend possession des âmes

et la morosité n’est pas de mise.

Quand le soleil se couche pour épouser la mer

le silence se fait cathédrale, la relaxation des corps et des esprits est de mise.

Nous sommes là où les Dieux ont honoré ces lieux

nous avons marché dans leurs pas.

Nom de Zeus, quelle chance nous avons..

Chronos nous souffle que notre temps est imparti

alors Hypnos prend la relève et nous emmène vers Morphée

une ultime fois pour des songes oniriques.

Je sombre au milieu des divinités quand soudain

je crois apercevoir, une flèche, un arc…..

A la grâce des Dieux..

©2017 -Anne Cailloux

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

58 vues
Anne Cailloux

Anne Cailloux (304)

Depuis ma naissance, je fus autodidacte et trop rêveuse.
Spécialiste dans l'art thérapie et les maladies neurodégénératives, j’essaie de retenir le temps des autres et du mien.. Quelques diplômes, une passion pour l'art et les poètes. J'ose dormir avec Baudelaire.
Je suis une obsédée textuelle . Je peins, je crée et maintenant j’écris. Je remets cent fois mon ouvrage pour me corriger. De quinze fautes par lignes je suis passée à quinze lignes pour une faute... Deux livres en préparation et peut-être un recueil de poèmes, si Dieu veut.Anne

Je suis une junky des mots..

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires