Mal Aimée – Régina Augusto.

Mal aimée.

Petite fille oubliée tu ne sauras jamais
Ce que c’est qu’être aimée pourtant tu en rêvais,
Tu espères et tu vis tu dessines un sourire
Sur tes lèvres et tu ris et tu veux en finir.

Petite fille tes frayeurs ancraient ta solitude
Et si loin du bonheur, aucunes certitudes,
Tu voudrais croire encore qu’on t’aimera un jour
Qu’en changeant de décor il viendra bien l’amour.

Jeune fille tu t’enfuis loin de ces âmes vides
Tu refuses la nuit et dans ton cœur avide
Tu cherches ce soleil dont tu rêvais hier
L’amour qui émerveille qui donne la lumière.

Jeune femme tu as cru que lui pouvait t’aimer
Mais lui ne l’a pas su tu as le cœur brisé,
Quelques années plus tard et encore amoureuse
Mais c’est un faux départ, tu te crois malchanceuse.

Te voilà mère enfin c’est toi qui aimeras
Et tout contre ton sein le bonheur est bien là,
Le passé est sans poids c’est l’amour en promesse
Qui fait toute ta joie tu vibre de tendresse.

Petite fille tu es femme tu aimes cet avenir
Tu laisses vivre la flamme ton cœur est dans le rire
Et tu donnes sans peine ce qu’on t’a refusé
Il n’y a nulle haine dans ton cœur éclairé.

Régina Augusto Auteure.
Texte protégé.

554009_444527725635238_537632023_n

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

24 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
4 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Véronique Monsigny
Membre
28 février 2016 18 h 31 min

combien de femmes, anciennes petites filles, se reconnaîtront dans votre poème… soif d’aimer dont on nourrit nos enfants… Merci Regina pour ce poème délicat.

Brahim Boumedien
Membre
28 février 2016 15 h 47 min

Merci, chère amie, pour ce généreux partage qui prouve que l’amour est toujours le grand vainqueur et qu’à défaut de l’avoir reçu à différentes étapes de la vie, on finit par le donner en contre-partie d’un bonheur inégalé, qu’on est allé chercher soi-même devant l’incompréhension, pour ne pas dire l’hostilité des autres… Merci encore, Regina !