L’Inconstance des sentiments – extrait (1) – Caroline Pivert

L'inconstence des sentiments - Caroline Pivert

“Aujourd’hui c’est curieux, car ce fut rare en fait, depuis nos «retrouvailles », comme j’aime tant à nommer notre rencontre – et tu es là, pourtant ! – j’ai comme un mauvais pressentiment. Sensation d’amertume, qui grandit et grandit comme de la mauvaise herbe, dans un champ trop longtemps desséché : j’ai peur de toi…

Oui. Peur de ton inconstance, de tes « je t’aime », qui sait, déclarés à la va-vite, peut-être sans véritable fondement, peut-être inconséquents. J’ai peur de ton éventuelle duplicité. Je redoute le mensonge, la tromperie, mais aussi les emballements trop soudains, les émotions trop précoces.

Un retour de bâton me rejetterait dans la fosse aux lions, indubitablement, me renverrait dans mon éternelle prison de chagrin dévorant, moi, impuissante à me battre devant tant de désillusion, encore une fois, devant tant de fatalité si prégnante.

J’en perçois déjà la bataille d’usure, et les tout derniers mots que je t’adresserais, Adrien mon aimé, ange que j’adorais, après la terrible rupture : l’« impossibilité » de nous continuer, en vrai, et la révolte absurde devant un tel échec, entrevu trop souvent…

 Impossible, mon ange, je répète ce mot, et je ne peux y croire

 Impossible mes yeux, sans ton amour miroir

Déjà mon corps s’assèche, impossible ma chair

Sans tes doigts tes caresses

Impossibles, mes larmes, sans ton puits de lumière

Ton soleil qui les sèche.

 

Arrêtons cette guerre, ou qu’elle ne commence

Le toucher de ta main, ta joue contre ma joue,

Cela seul faisait sens

Je dépose mes armes

Ce jour, à tes genoux

 

Il y eut trop de drames

La bataille est à bout

Je te laisse mes larmes

D’amour, et puis c’est tout

 

Impossible, pourtant? Tout mon corps se révolte

Contre cet insensé

Je tremble dans ma chair, car de toi délivrée

Je sens bien qu’elle perd une chaleur innée.

Impossible, vraiment ? Cette union serait morte?

Inouï, cet abandon, ce rêve désavoué

Ce nous qui se flétrit après avoir éclot

Cette rose anoblie par nos doigts enchantés

La rose de la vie découpée par la faux

Du temps qui désunit

 

C’est triste, et cependant, je ne peux m’empêcher

D’y penser, un sourire à mes lèvres posé

Je ne suis pas blasée, j’ai gardé la tendresse

Des gestes échangés, des mots et des promesses

Parfois réalisées

 

Et je veux t’adresser, en guise de merci, de prière ou que sais-je

Ces pensées de soleil des jours émerveillés

Souvenirs pleins de grâce défilant le cortège

De ma mémoire ailée – le meilleur, le rêvé

 

Je voudrais te léguer je ne sais quel espoir,

Je ne sais quelle envie… Que cette encre parcoure

Ton corps comme une gloire

Qui te dure toujours

 

Car ces mots que j’écris, c’est la main de l’amour

Qui me les a transmis

Et ce sont ces histoires, ces contes de toujours

Pour lesquelles on survit :

La quête de l’amour, la seule qui guérit

Oh je t’en prie, mon bel, mon amour tout neuf, ne t’enfuis pas encore, et laisse-moi encore un peu téter le lait si pur de la renaissance d’aimer, enfin, peut-être, la « bonne personne » !

Ne me fais pas ce coup bas de t’en aller trop vite, après avoir raccommodé tant de choses, tant de coutures déchirées dans le creux de mon cœur. Avant d’en avoir fini de raviver toutes mes couleurs, et de réanimer ma chair si longtemps en deuil de l’idée d’un « absent », cet « amour absolu », guérisseur espéré, attendu quelquefois bien plus qu’on peut penser attendre, de toutes peines imaginables, aujourd’hui encore enfermées au profond de mon être, là où l’on est tous – et peut-être moi encore plus que tant d’autres – si vulnérables à la douleur.

Je te guette, je te jauge, j’espionne, un peu, le moindre de tes gestes, de tes regards, et puis de tes si douces déclarations. De ces tendres promesses qu’on se fait dans l’alcôve des nuits vives… des nuits comme des soleils.

« Je t’aime », m’as-tu confessé hier. Oui, hier. On est si bien ensemble…

On rit, on pleure, on se sourit si doucement… On laisse notre folle imagination parcourir tous les rivages du possible. On se tient par la main. On se caresse de manière instinctive, et si délicatement.

Ne me fais pas faux bond un jour, mon cœur, Adrien mon espoir, car je t’ai tout donné. Oui, déjà…

Ne me laisse donc pas seule avec ce terrible, interminable goût d’inachevé dans mes artères, avec un mal de cœur plus terrifiant encore que celui que je ressentais déjà avant de te connaître!

J’ai peur. Si peur…

Car je sais bien que la déroute n’est jamais loin. Nos corps sont figés dans le doute, quelquefois vain, quelquefois sûr.

Pourtant c’est le même refrain, c’est toujours ces mots de blessure, qu’on s’entend répéter au loin : « Vous êtes dans le faux, vous êtes dans la catégorie des déprimés  sans fin. Ou bien des vagabonds, des êtres trop changeants, jamais assez sereins. »

J’ai donc peur de tes gestes, peur de toi Adrien. Je connais la promesse. Elle vous tient la main, un moment, puis vous lâche, et l’on en ressort vains, voûté comme un ravin, montagne où je me jure, cependant que demain, j’aurais ce bel azur, que j’aurais mon destin, là, dedans mon armure…”  

http://www.edilivre.com/l-inconstance-des-sentiments-231c822081.html

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

49 vues
Caroline Pivert

Caroline Pivert (20)

Née en Polynésie française de deux parents tous deux navigants, j'aurais toute ma jeunesse profité de cette opportunité pour parcourir le Monde. Une chose parmi tant d'autres a planté en parallèle ses racines dans ma vie: Les mots et leur poésie.

Les romans sont un peu comme des chansons à mes yeux. Il est plus facile de comprendre le monde quelquefois sous cet angle, mélodies éphémères et pourtant si profondes, que sous les lois de la politique et du "marché".

Je publierai régulièrement des poèmes sur ce site.

En espérant vous voir les découvrir,

Caroline Pivert

S'abonner
Me notifier pour :
guest
3 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Laurence de Koninck
Membre
24 mai 2016 10 h 26 min

L’Amour avec un grand “A” on y revient toujours… Avec Bonheur et Souffrances. Pourquoi en guérir… Au risque de priver vos lecteurs d’une belle prose qui rime avec coeur. Ah non !! Merci de cet enchantement Caroline. Laurence

Plume de Poète
Administrateur
8 février 2016 7 h 40 min

Je vous informe que vous pouvez répondre aux commentaires directement depuis le bas de la page de votre publication en cliquant sur le lien “répondre” à droite du commentaire.
Si vous souhaitez laisser un commentaire sur une publication, il faut également aller en bas de page “Laisser un commentaire”.
Merci à vous et bonne continuation Caroline.
Alain

Plume de Poète
Administrateur
8 février 2016 7 h 22 min

Après vos “Constats” nous découvrons avec grand plaisir votre ouvrage poétique . . .
Merci pour ces extraits et félicitations Caroline !
Nous avons hâte de découvrir la suite de vos oeuvres.
Bien à vous,
Alain