Lente agonie – Matteo Scarano

Que de bien trop floues souvenirs, de ce temps là.

Où tu n’avais pas pensé, être encore là.

De tout ce que tu aurais pu imaginer.

Jamais tu n’aurais songé, pouvoir te damner.

 

Ainsi vendre ton âme, à une illusion.

Croire, que tu contrôles, ta compulsion.

Longtemps, tu as bien cru, conserver la maîtrise.

De ce fameux ami, qui tramait sa traîtrise.

 

Tu te rappelles, les toutes premières années.

Où rien, tu ne pouvais faire, sans l’emmener.

Bien longtemps, il fut ton compagnon de soirée.

Qui te permettait, de t’amuser, délirer.

 

Le temps a fini par passer bien vite

Tu ne comprends pas, tout ce monde qui t’évite

Il te semble, que tu sois bien resté le même

Et toi seul, n’a pas perçu ce profond abîme…

 

Où très méticuleusement, tu t’es jeté

Sans que personne, ne t’y ai précipité

Chaque jour passé, comme une lente agonie

Maintenant de toi, on rit avec ironie.

 

Tous tes fabuleux souvenirs,ont laissé place

A ta mélancolie,qui jamais ne se lasse

Te torture,toujours un peu plus,chaque instant

Où le présent,ne fait plus parti,de ton temps.

 

Dans ta vie,plus la moindre trace de bonheur

Juste un goût amer et sans aucune saveur

Qui te confronte,à ta sinistre déchéance

Là,où t’a doucement conduit,ta dépendance.

 

Au crépuscule de ta sinistre existence

Tu attends sereinement,la triste sentence

Celle que tu perçois,comme une délivrance

Comme ta somptueuse,source de jouvence.

 

©Matteo Scarano

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

47 vues
Matteo Scarano

Matteo Scarano (33)

Âgé de 53 ans je suis revenu très récemment à la poésie par la biais de ma passion ; la photographie.Mes poèmes reflètent le parcourt de ma vie, mes états d'âmes ,mes expériences ,mes joies, mes souffrances... Tout ce qui chaque jour nous fait avancer et appréhender peut être la vie avec plus de sagesse.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires