“Le Roiseau” – Alexandre Alpeyrie

À toi, père , qui me regarde…
N’aimes-tu point celui que j’ai été quand,
Ruisselant au solstice d’été
Je crevais mes genoux sur les cailloux fumants ?

Pourquoi frapper un si simple animal ?
Pour assouvir quelle puissance veux-tu lui faire du mal ?
Lui se nourrit de cafards ou bien d’araignées
Peut-être es-tu par lui dégoûté ?

Il chasse et couve ses petits
Tel un oiseau des mers, dans leurs becs il rend ce qu’il a pêché
S’il ne t’intéresse pas, si l’odeur t’incommode
Tu n’as pas à juger, il vit sans déranger

Quitte cette plage…quitte !!
Il sont nombreux maintenant et l’odeur de marée
N’a pas fini de t’ėcœurer

Simple oiseau dont tu ne veux rien savoir
Il vole, lui, il n’a pas ton Savoir
Mais, au plus haut du Ciel, les ailes déployées
C’est lui même maintenant qui te regarde ramper

Et sa seule limite est l’Espace …
Imposé …

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

18 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
ChanTal-C
Membre
16 novembre 2017 0 h 40 min

J’aime ce poème ! mots pleins de justesse
du fort contre le faible…
Merci

Chantal