Le prêtre en promenade – Christian Satgé

 
Petite fable affable
D’après J. Anouilh, Le curé & les deux servantes, Fables
 
Le curé de la paroisse,
Que les tentations angoissent
Marchait à pas de bigote,
Marmottant paroles dévotes
Sur la vêture des vierges
Qui ne brûlaient aucun cierge
Dans l’ombre de son église
Où, trop souvent, vocalisent
Vieilles faces de grenouilles
Et nez fanés de gargouilles
Écoutant, d’une âme sèche,
Les sermons et les prêches.
Ce saint croisa deux pucelles
Que, badin, Phoebus ocelle
Et surtout dont le corsage
Ne celait rien des corps sages
Que Dieu, si bon par nature
À croire les Écritures,
Leur a donné sans ambages.
Donc, le missel sous l’aisselle,
Il parle à ces jouvencelles
Minaudantes, caquetantes ;
Tout d’âpreté leur reproche
D’être apprêtées pour les boches.

C’est surtout à la plus belle,
Qu’il s’adresse et décibelle,
Sonnant cloches et matines
 Comme à une couventine :
Tenue pas très catholique,
Assiduité symbolique
Au dominical office,…
« Le culte n’est sacrifice
Que pour l’impie rapace ! »
En un instant tout y passe
Qu’avait-elle fait de ses baptême
 Et catéchisme ?!… « Anathème ! »

Contrite, celle qu’on tance
Ne fait pas de résistance :
Elle lui promit d’être à vêpres
À moins d’attraper la lèpre.
Content, tout miel et tout sucre,
Il dit, l’œil luisant de lucre :
 « Je veux te voir à confesse
Que je sache les bassesses
Que Dieu voudra qu’on pardonne ! »
Plus matrone que madone,
L’autre fille, repentante
Aussi, parla sans attente :

« Malgré mon étroit corsage,
J’ai le cœur et le corps sage,… »
Il la coupa : « Inutile
D’en dire plus, Futile !
Le Malin tente et agace
La Belle et, pis, la pourchasse
Jusqu’à l’ultime victoire.
Rester chaste est méritoire 
Pour elle, non pour la laide.
À l’une, Dieu vient en aide ;
À l’autre suffit le rite :
Jamais n’sera sybarite ! »
 
 
© Christian Satgé – juin 2013
0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

4 vues
Christian Satgé

Christian Satgé (834)

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires