Le petit saint sacrant – Christian Satgé

Petite fable affable

Foin de chicheté, fi de chasteté,
Un paroissien par la vie fort gâté
Se paonnait de sa vertu, de sa personne,
Par ces rues où un rien vous hérissonne.
Un jour butant contre caillou de pavé,
Il s’alla à l’étalée, perruque hors la tête,
Provoquant l’hilarité des fins esthètes
Du lieu, apaches ou dépravées,
D’où son alacrité, son humeur oursonne
Envers ces gueux dont le franc rire klaxonne.

Ne voulant rester pas un siècle céans,
Penaud et quinaud d’être sur son séant
Il rougit et rugit, l’habit dégueulasse
Tout furieux d’être moqué en la place,
Par des moins que vauriens, des marmots,
Et lança franco une bordées de mots
Dont l’enfer frémit : « Crétins crasseux ! Maroufles !
Cossards cafards ! Ribaudes ! Aigrefins ! Faquins !
Vilains à la picorée ! Truands sans souffle !
Gueux de brigandelles ! Ignobles frusquins !
Pendards ! Fripouilles ! Caïmans ! Vils Coquins !
Marauds ! Sales catins ! Fauteurs de baroufle !
Crapules sans scrupules ! Mendiants taquins !
Vaunéants ! Fripons ! Gouges ! Larrons ! Canaille !
Gredins ! Détrousseurs sans foi ni loi !… Racaille ! »

Un des bélitres, le plus filou du lot,
Fait alors : « Rossard à rosser, tout le flot
De ton fiel as-tu, ivre de colère,
Prou déversé ?!… C’est folie d’atrabilaire
De parler de la sorte à ceux qui pourraient
Te navrer ou, las, te dépêcher sur l’heure
Sans autre forme de procès. Gueul’ de raie,
Nous ne sommes que va-nu-pieds, c’est vrai !,
Mais malfaisants, gangsters, voire vile ivraie
De scélérats pour des ris cela n’est qu’un leurre
Si nous ne sommes que manants guère heureux
On est moins misérables que miséreux
Et quand tu s’ras qu’un corps en tombe qu’on pleure,
Tout en s’arrachant tes orphelins écus,
Seras-tu moins mort pour avoir mieux vécu ? »

.

© Christian Satgé – juillet 2018

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

17 vues
Christian Satgé

Christian Satgé (834)

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Fattoum Abidi
Membre
2 juillet 2018 2 h 11 min

bonsoir Christian bravo et merci pour cette belle et profonde réflexion humaine
Heureux celui qui accoure les faibles et les nécessiteux de son vivant,
j’ai beaucoup apprécié cette fable.
douce nuit
mes amitiés
Fatttoum