Le mois sacré (Le Ramadan) – Lazhar Djaballah.

Le mois sacré (Le Ramadan.)
Au cours de l’année
Onze mois passés
Nous sommes acharnés
À boire et trop manger avec avidité
À s’occuper de nos objets.
À la vie,nous fixons nos pensées.
Certes,nous allons souvent à la mosquée.
Mais nos âmes manquent trop de sérénité.
Elles ont besoin d’un mois vraiment sacré.
Le mois de jeune nous donne une bouffé
De foi et de spiritualité rendant notre pureté.
Car nos péchés accumulés pendant l’année
Durcissent nos cœurs envers les maux de l’humanité.
Des pauvres ayant besoin de charité,des soins de santé.
Nous nous sentons plus proche de Dieu,de sa majesté.
Nous oublions nos brutalités en récitent ses versets.
On tend vers la paix,la fraternité,la bonté,la moralité.
Lazhar ben Lamine Djaballah.
Touggourt.Algérie.
24/05/2017.
Poète des Oasis.

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

25 vues
Lazhar Djaballah

Lazhar Djaballah (66)

Je suis poète amateur. Amoureux des vers. Les miens sont un peu sous la hauteur. Je lis les romans et les œuvres littéraires J'aime beaucoup les fleurs, Les jolies filles aux beaux yeux verts, Les brunettes charment mon cœur. J'aime les voyages et l'amitié sincère. J'habite au milieu des grands déserts. Dans les oasis au climat sec et chaleur. El-Oued et Touggourt, mes villes chères. J'étais élève et maintenant professeur. Quand j'était enfant,j'avais tant souffert, Des séquelles d'une médicale erreur. Je claudique par un steppage sévère. Une paralysie des membres inférieurs. Ma chère mère existe après cher père. Mes quatre beau-gosses sont rêveurs. Moi et mon épouse,nous sommes fiers. Je suis citoyen respectant les valeurs. Ni riche ,ni pauvre,mais j'en suis fier. Musulman,croyant,n'ayant pas peur. De ceux sous-estimant mes caractères. Lazhar ben Lamine Djaballah. Touggourt.Algérie. Poète des Oasis.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires