Le mauvais augure – Christian Satgé

Petite fable affable
.
Ayant brouté, trotté et crotté le pays
Un bon mouton gras à lard songe
Haut : « Quel coin pourri ! » Mais une brebis trahit,
Malgré quelques pieux mensonges,
Une malheureuse phrase qui l’aurait fait
Bouter hors de cette terre de bienfaits.
.
Sentant sa dernière herbe venir, astrologue
Il se prétendit. Tout de go.
Étoiles et constellation en catalogue,
Il disait, contre viragos
Et mesquins, connaître ronde des planètes
Et plus, interpréter la course des comètes.
.
Tout roi lit son horoscope au petit matin,
Consulte devins et oracles,
Ouailles sont-elles plus malines, mâtin ?!
Il faut sans crier au miracle
Savoir anticiper tous les petits bonheurs,
Prévenir les grands malheurs,… selon l’embobineur.
.
Suintant de fièvre et suant d’effroi, ses frères
Et ses sœurs pour tout le consultent :
Pour connaître, avant les autres, le meilleur horaire
Pour bien paître ou voyager à Cythère, occultes
Égoïsmes, mais aussi pour administrer
Sous les hêtres un clystère ou se calamistrer.
.
Voulant profiter plus encor’ de sa nouvelle
Aura, il aimait apeurer
Cette plèbe ovine qui a moins de cervelle
Qu’agneau et souvent l’écœurait,
En prophétisant non le meilleur mais le pire
À venir, raffermissant ainsi son empire.
.
Hélas, on se lassa : si la Raison dort,
Elle n’aime point les Cassandre
Aux augures n’offrant pas poussière d’or
Tant désespèrent suie et cendres.
Le vent de la peur n’amenant pas nuées promises
On le chassa de cette nation soumise…
.
Qui veut son pouvoir faire longtemps perdurer
Donne aux sujets moins à craindre qu’à espérer…
.
© Christian SATGÉ – décembre 2020
5 1 vote
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

4 vues
Christian Satgé

Christian Satgé (834)

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
O Delloly
Membre
18 décembre 2020 22 h 32 min

Bravos pour ce poème fable,

Oliver