Le Jardin envahi – Simone Gibert

Peinture S.Gibert

C’était un clair matin comme je les aime,

L’air caressant, prémices d’une belle journée,

Berçait les branches fleuries, les palmes naines,

Et le jardin baignait dans la sérénité.

 

Brusquement, des hirondelles par dizaines

Sur balustrades et balcons se sont perchées,

De leur piaillement la maison était pleine,

Ce rendez-vous d’oiseaux faisait mon coeur léger.

 

Rappelle-toi cette villa marocaine,

Les hirondelles revenaient chaque année,

Pour repartir vers des contrées lointaines,

Après avoir retrouvé leur nid dans l’entrée.

 

Voilà cet heureux présage qui m’entraîne

Aussitôt comme une plume dans le passé,

Si j’ai souvent voulu briser toutes mes chaînes,

La nostalgie de cette époque m’est restée.

 

C’était un clair matin comme je les aime,

Tout le jardin baignait dans la sérénité,

Mes pensées fuyaient vers des rives lointaines,

Où vivent mes enfants, mon coeur est prisonnier.

 

©Simone Gibert

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

23 vues
Simone Gibert

Simone Gibert (142)

Au MAROC depuis l'âge de7 ans.
Etudes secondaires au Lycée de Jeunes Filles à Casablanca.
dans les années 50.

Au Secrétariat d'une Entreprise de Bâtiment à Annecy.

Deux années passées au SENEGAL.

J'aime la nature, la peinture, je m'essaye à la poésie.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
3 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Laurence de Koninck
Membre
6 octobre 2018 10 h 30 min

Une belle sérénité pour commencer le week-end au milieu d’un jardin plein de charme(s). C’est joliment écrit. Merci Simone.

Invité
6 octobre 2018 9 h 31 min

Joli poème Simone..