Le football d’aujourd’hui -Lazhar Djaballah.

Le football d’aujourd’hui.

Un but en Russie
Vaut mieux que la paix en Syrie
Une coupe d’or mondiale
Est plus essentielle
Que des millions de vies.
Tout le monde veut la paix chez lui
Mais la guerre fait rage chez l’autrui.
Un footballeur devient plus cher qu’ un rubis.
Par contre tout un peuple est gratuitement anéanti.
Le malheur dans certains pays.
Fait le bonheur dans d’autres pays.
Chaque quatre ans,le monde s’unit
Pour glorifier une peau sourde et inouïe
Pendant que l’humanité est à l’agonie.
L’Europe comme les États-Unis.
La Chine,le Japon et la Russie.
Sont capables de s’unir aux Nations Unies.
Pour mettre la paix entre tous les pays
Mais leur intérêt est dans les conflits.
Pour dominer toutes les économies.
Et les autres pays vivent dans l’anarchie.

.
Lazhar ben Lamine Djaballah.
Touggourt.Algérie.
16.07.2018.
Poète des Oasis.

 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

18 vues
Lazhar Djaballah

Lazhar Djaballah (66)

Je suis poète amateur. Amoureux des vers. Les miens sont un peu sous la hauteur. Je lis les romans et les œuvres littéraires J'aime beaucoup les fleurs, Les jolies filles aux beaux yeux verts, Les brunettes charment mon cœur. J'aime les voyages et l'amitié sincère. J'habite au milieu des grands déserts. Dans les oasis au climat sec et chaleur. El-Oued et Touggourt, mes villes chères. J'étais élève et maintenant professeur. Quand j'était enfant,j'avais tant souffert, Des séquelles d'une médicale erreur. Je claudique par un steppage sévère. Une paralysie des membres inférieurs. Ma chère mère existe après cher père. Mes quatre beau-gosses sont rêveurs. Moi et mon épouse,nous sommes fiers. Je suis citoyen respectant les valeurs. Ni riche ,ni pauvre,mais j'en suis fier. Musulman,croyant,n'ayant pas peur. De ceux sous-estimant mes caractères. Lazhar ben Lamine Djaballah. Touggourt.Algérie. Poète des Oasis.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
O Delloly
Membre
17 juillet 2018 20 h 40 min

hélas cela est juste, mais en même temps, il reste le seul sport fédérateur de quelques jours
d’espoir, de liesse parfois, oubliant la dureté de la vie!
Meric pour ce texte fort