Le cacou de Marseille – Anne Cailloux

Dans une pinède au sud de Marseille, squattait dans un cabanon, une grenouille qui se prénommait : Frog !

Grenouille marseillaise de père en fils, baratineur devant l’éternel et escroc à la petite semaine, il menait son monde comme il le voulait. Il avait fait palme basse, sur la mare qui collait son cabanon. Tous étaient à l’amende, mais c’était si bien mené, que personne ne s’en était rendu compte et tout le monde trouvait cela normal.

Un jour de l’été venant, il fit copain avec une salamandre qui venait de Corse.

-Oh Frog, connaîs-tu la Corse.

-Oh fans de chichoune, je n’y suis pas allé depuis l’an pètre. Si tu m’invites, je veux bien y retourner.

-Pas de soucis, quand tu veux, moi j’habite le maquis, il y a de la place tant que tu veux..

-Té le Corse regarde qui vient, je vais te présenter, l’anpégué, il était marié avec une cagole, té couillon, il s’est fait pointer par sa gonzesse. Peuchère, elle s’est fait la malle avec sa coquille.

-Oh, je suis tombé dans un coin d’escroc. Mais c’est pire que la Corse !

– Pas de fricoteurs ici, la preuve, je vais t’offrir une momie, enfin un pastaga si tu préfères et c’est moi qui paye. Té fada, ne mets pas d’eau dans le pastis surtout ! l’eau est tellement corrosive une seule goutte suffit à le troubler. Dit moi le Corse, tu travailles ?

-Pas encore , mais bientôt. Je vais me spécialiser dans la médecine du travail.

-Oh corniaud, ils ont reconnu enfin que c’était une maladie le travail !Je vais te proposer du travail moi,, mais c’est 70% de bénéfices pour moi.. On verra plus tard…

Pastis venant, l’amitié se fit plus forte et Frog offrit gîte et couverts à notre bon vieux Corse.

-Vé, tu sais le Corse, on ne peut pas se dire ami, si l’on n’a pas mangé quelques minots de sel. Vient donc..

La cougourde de Frog devenait de plus en plus grosse, son ego allait bientôt exploser.

Le lendemain soir Frog et le Corse ne se quittaient plus :

-Allez le Corse, on va se faire une partie de pétanque.

Deux heures passèrent à siroter et à rire….

-Oh fan de chichoune, je trouve que le cagnard abuse. Té minot, tu m’emboucanes, tu tires ou tu pointes ? Pourquoi tu me bades comme ça ! Ici

-Ce n’est pas toi que je regarde, mais la petite derrière.

-Ha, c’est la Nine, un petite reinette qui travaille le soir à la mare aux canards. Si tu es sage, je te la présenterais..

Bon je reviens je vais changer l’eau des olives..

Le marseillais comptait l’artiche qu’il allait gagner avec ce Corse. Déjà en lui faisant faire des magouilles est prendre 70% pour lui.

Rempli d’or il était le Corse, parole de grenouille, il pesait son poids.

La Nine était l’appât, la cagole allait le plumer et lui remettre le butin, car la Nine était une petite à lui..

Pastis faisant si bien, que Frog d’endormi sur le bord de la mare.

Le lendemain, Frog se réveilla vaseux..ne sachant plus s’il était une grenouille ou un crapaud.

Le calme régnait sur le cabanon…. Trop calme pour lui, son oreille d’escroc se mit à vibrer. Il se redressa, il était tout seul.

Tournant la tête vers l’amphore ou se trouvait le butin de ses méfaits, il vit le vase cassé et vidé…

il se retourna et il vit que le paquebot sur le vieux port était parti avec la salamandre et le butin.

-Té bonne mère, je me suis fais estampé…

Jamais pastis n’avez eu un goût aussi amer.

Il ne faut pas vendre la peau de l’ours, non il ne faut pas…surtout s’il n’est pas d’accord avec le prix

©Anne Cailloux

 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

41 vues
Anne Cailloux

Anne Cailloux (304)

Depuis ma naissance, je fus autodidacte et trop rêveuse.
Spécialiste dans l'art thérapie et les maladies neurodégénératives, j’essaie de retenir le temps des autres et du mien.. Quelques diplômes, une passion pour l'art et les poètes. J'ose dormir avec Baudelaire.
Je suis une obsédée textuelle . Je peins, je crée et maintenant j’écris. Je remets cent fois mon ouvrage pour me corriger. De quinze fautes par lignes je suis passée à quinze lignes pour une faute... Deux livres en préparation et peut-être un recueil de poèmes, si Dieu veut.Anne

Je suis une junky des mots..

S'abonner
Me notifier pour :
guest
7 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Christian Satgé
Membre
18 décembre 2018 23 h 19 min

Une fable aussi rondement que plaisamment menée. On rit, sou rit… et à la fin on réfléchit. L’idéal du genre – du moins que je l’apprécie – où je ne m’y connaît pas. Bravo et merci Anne.

Simone Gibert
Membre
18 décembre 2018 12 h 44 min

Anne, très amusante histoire ! L’air de Marseille nous fait du bien !

Fattoum Abidi
Membre
18 décembre 2018 11 h 41 min

Bravo Anne très beau texte agréable à lire
Agréable journée
Bises
Fattoum.

O Delloly
Membre
17 décembre 2018 21 h 07 min

joli conte, jolie fable, bel humour, comme tu sais le faire
bravps Anne
merci