La promenade de la mort – Laurelise Chalzib

La promenade de la mort      Laurelise Chalzib

Il était une fois une ville, Ma ville

Celle que je connais par coeur, ses odeurs

Ses persiennes qui protègent de la chaleur

Ses bougainvillées qui tissent des arabesques sur les murs bariolés

Cette ville aux abords de la mer non loin des sommets. Stimulante, vibrante, incandescente…..

Je te chéris depuis toujours et suis poète

Parce que Niçoise …….

Alors cette déambulation sur l’avenue du désastre,

Ce bouquet de tournesols et oeillets rouges consenti

Me laissent désemparée , en deuil , en feuilles morcelées,  en larmes Majeures.

Ma chère ville , mon coeur bat au rythme

De tes artères massacrées, de  ta peau désintégrée

Il y a tant de galets porteurs de mots, de pétales d’anges, de contours sacrés,

Qu’ici l’amour est roi , les gens sont fou d’entraide

La chaîne signifiante permet, 0h puissance 10000

De sublimer l’horreur, le Deuil, le désespoir

Ce poème n’a pas de fin , il est pareil à mon chagrin

Qui pour l’instant est sans limite.

      Sieu Nissa 

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

4 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires