La Chute des Dieux – Dominique Capo

C’est au cœur de cette Cité de Cristal qui n’a plus de nom, que je marche seul au milieu de la Nuit. Et tandis que je contemple ses toits d’or et d’argent, que j’observe ses remparts ahurissants, je ne peux m’empêcher de penser à ceux qui, il y a longtemps, ont foulé ses pavés rutilants. Car, si j’avance au milieu de ses ruelles luminescentes, seul un vent terrifiant accompagne mes pas d’adolescent. Et je me demande si ces Géants aujourd’hui inexistants n’ont pas dissimulé en son centre ces milliers de vers d’antan ; retraçant leurs songes issus des Ères naguère décadentes.

De fait, alors que je longe ses artères frémissantes, je discerne distinctement d’innombrables veinules labourant terre et sol avec véhémence. Je vois ces statues évoquant monstres et créatures terrifiantes ; aux ailes déployées et aux griffes acérées ; aux crocs rutilants et aux yeux flamboyants ; imposant une noirceur abrutissante à nos Seigneurs indécents. Je devine au loin, derrière ces murs béants aux couleurs glaçantes, ces nuées couleur de sang virevoltant au gré des rafales sidérantes. Obscurcissant le Ciel de manière foudroyante, je mire sans indécence leurs zébrures étincelantes ; qui, suivies de cris déchirants, martèlent immodérément le firmament.

Parcourant plus avant ces avenues chancelantes, je dévale frénétiquement leurs escarpements itinérants. Arrivé au bas d’escaliers étonnants, je chancèle légèrement. Au vu de leurs degrés mutilés et grisants, je ne peux que déclamer non sans tempérance ; cet effroi à la fois grisant et nimbé de perfection. Puis, lorsque j’aperçois loin devant, cette élévation luminescente arrachant à la folie ambiante ; sa victoire la plus stupéfiante. S’éloigne des merveilles obsédantes dispersées aux quatre coins de ce Néant ; les purulences nauséabondes mêlées de pourrissements ; et accompagne les oiseaux annonciateurs du changement. Enfin, précédant ces Hordes déchaînées et infamantes condamnant sans appel la fin d’un Temps que nul Géant ; n’a décrit au sein de leurs recueils dissimulés au plus profond de leurs forteresses étouffantes. Je m’avance en appréhendant cette découverte des Secrets enfouis parmi ces cryptes gémissantes.

Et si je m’aventure en ces lieux destinés à être brisés au cours de batailles défiant l’entendement, je n’en crains pas moins ces Clans surgis des horrifiantes béances. Car ils détruisent frénétiquement toute contrée qui ne plie pas sous leur détonante vigilance conquérante. Or, ces contrées oubliées dénuées d’espérance ; essayent de contrer cette aisance avec laquelle ils déclenchent ; violence et extermination de ceux et celles qui n’ont aucune exigence. Et qui, comme moi, ne souhaitent plus qu’aucun ; le soutien de ces Suzerains exilés en ces Ages lointains ; d’où ils surveillent nos rapports incertains à atteindre, encore et encore, cette Cité de Cristal vers laquelle convergent tous nos efforts…

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

82 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires