Jolie petite poule rousse et vieux renard – Gilles Abadie

la-petite-poule-rousse-conte-irlandais

Jolie petite poule rousse et vieux renard

Dans le bois voisin d’un tout petit village

Jolie petite poule rousse finit par s’égarer

Trop contente de s’être échappée de sa cage

Elle avait pris ses aises avec la liberté

Mais à peine, les premiers arbres, elle eut passés

Qu’avec un vieux renard, se trouva nez à nez

Celui-ci, qui n’en demandait pas tant, léchait

Déjà ses babines, rien qu’à ce repas, penser

Jolie petite poule rousse se sentant en danger

De tout’ ses forces, se mit soudain à caqueter

Tant et si fort que vieux renard fut assourdi

Ses oreilles fatiguées supportant plus le bruit

Vieux renard recula et boucha ses tympans

Devant ce festin qu’il escomptait bien pourtant

Mais son cri strident, petite poule rousse, redoubla

Au point que renard, désorienté, abdiqua

Jolie petite poule rousse retrouva son trajet

Et même sa cage, fut bien heureuse de retrouver

Plus question désormais d’aller se fourvoyer

Car autant de chance, prochaine fois, elle n’aurait

Si de cette histoire, moralité, faut tirer

C’est que face au danger, il faut tout essayer

N’est point toujours celui qui croit être le plus fort

La petite poule rousse l’a prouvée face à la mort…

Gilles Abadie

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

209 vues
Gilles Abadie

Gilles Abadie (41)

J'aime jouer avec les mots. Alors, après avoir commencé à écrire, je me suis mis pendant de longues années à la création de grille de mots croisés. Pour finalement revenir à l'écriture de textes et de citations que je vous ferai découvrir au fil du temps.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
4 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Mohamed HEBBOUL
Invité
13 juin 2016 15 h 57 min

Remerciements

(Hors ligne)
Par gadames dans le 13 Juin 2016 à 12:50

Photo du profil de Brahim Boumedien

Brahim Boumedien
– Diplômé de l’Ecole Normale Nationale d’El-Harrach – Formateur (Education Nationale et Formation professionnelle) – Ancien professeur de Techniques de gestion et de Techniques d’Expression – Ancien professeur à l’ENNET – Ancien directeur de collège – Je m’occupe actuellement de recherche pédagogique (lutte contre l’analphabétisme, en particulier)

Mohamed HEBBOUL

13 juin 2016 à 12 h 42 min (UTC 2)

Mon cher Brahim,

Tout d’abord merci pour ta présence et celles de Zineb et Mehdi à cette journée du 4 Juin 2016 à Miliana durant laquelle des amis, des parents-amis, la famille Boumedien, m’ont confirmé combien je comptais pour eux avec cependant de tes louanges publiques sur des qualités que je ne possède pas toutes mais qui me sont allées droit au coeur. Merci encore.
S’il y a un qui mérite hommage, c’est bien toi au regard de ton parcours de vie exemplaire tant envers la société qu’envers ta famille..
Et feu Boumediène a sûrement pensé à toi, lorsqu’il dit à El Kadhafi:

Quand Kadhafi se faisait reprendre par Boumediene
Échange entre “zaïms” sur la culture des Algériens

À la fin d’un dîner de sommet arabe des* années 1970, Kadhafi fut pris d’un malaise. Ne pouvant mettre la main sur son médecin, Boumediene lui propose les services de son docteur. “D’accord, répond le “guide”, mais ça m’étonnerait qu’il comprenne l’arabe, les médecins algériens étant formés par la France et, peut-être, sera-t-il gêné par l’inconfort de la khaïma, habitués que sont vos médecins au luxe parisien…*?” Devant ces insinuations sur l’inculture et l’influence dont souffrent les Algériens, Boumediene rétorque*: “Tu auras toujours intérêt, mon cher Mouammar, à fréquenter les Algériens. Mon médecin est medersien et excellent bilingue, en plus d’être très bon clinicien. Il va soulager tes maux, mais connaissant ton penchant pour la poésie arabe, tu auras le privilège d’apprendre, avec lui, quelques notions de “balagha”, des Mou’alakat et les différences de style entre Imr-ou-El-Kaïs et Zoheïr Ibnou Abi Salma. Il peut t’entretenir de science, de fiqh, d’histoire des civilisations et de littérature latine, et non pas uniquement française. Et pour la khaïma, c’est un fils d’une région du Sahara, connue par sa race ovine, ses palmiers et par ses poètes ; il a grandi dans une tente moins luxueuse, éclairée à la bougie et dotée de lait de chamelle !”

Invité
20 mai 2016 16 h 49 min

Bonjour Gilles, Très belle petite histoire, qui plairait bien aux enfants. Et les aiderait à grandir par cette petite morale. Je ne suis plus une enfant, et pourtant j’adore, surtout quand elles se terminent dans la joie… Merci Amitiés