Joe – Angel Black

Extrait du recueil de poésie “Voyage au coeur de l’âme”

Joe

Moi, j’ai connu un homme dont je n’oublierais jamais le regard, et j’ai envie de vous faire partager son histoire. J’ai fait sa.connaissance un triste jour de pluie, comme ça, au détour d’un chemin. M’abritant sous un porche pour ne pas me mouiller, je le vis là, debout, de l’autre côté. Il avait fière allure Joe. C’était un homme dans la force de l’âge et on pouvait aisément deviner sous sa barbe volage et ses cheveux couleur argent la douceur d’un homme et le poids de son passé. Il avait les yeux d’un joli bleu gris Joe, des yeux aux couleurs de la pluie, comme une mer de tendresse ; on pouvait y lire la joie de vivre, parfois, mais aussi une tristesse infinie. Toujours le sourire aux lèvres,malgré tout, sa tenue, bien que de circonstance, n’enlevait rien à sa prestance, faite de couleur incongrue mais quelle dignité il eut. Tout ceci lui donnait l’air d’un voyageur ambulant et c’est ce qu’il était devenu avec le temps. Le cœur vaillant, parcourant bien des routes et empruntant bien des chemins, découvrant à chaque pas des endroits insolites que nous n’imaginerions même pas, logeant au gré du vent et des saisons,vivant d’amour et d’eau fraîche et de l’instant présent. Oh Joe que tu nous manques à présent, une vielle gitane aux lèvres, tu t’en allais chantant et jouant du violon, ton fidèle compagnon d’infortune, tout simplement pour le plaisir des petits et des grands. Mais venons-en au pourquoi du comment, cet homme dont je vous fais le portrait aujourd’hui, ça aurait pu être moi, ça aurait pu être vous, ça aurait pu être n’importe qui d’entre nous, car Joe, avant de rejoindre les anges du ciel, était un homme, un père, un mari et un fils à qui la vie a tout donné , à qui la vie a tout repris. Il est mort dans une ruelle sombre seul et sans amour, car il avait froid, car il avait faim, et que son cœur glacé par tant d’indifférence ne le supportait plus. À force d’être jugé, insulté et malmené, sa vie a préféré s’en aller, voilà vous savez tout de lui et de la leçon que la vie m’a appris, alors essayons d’être tout simplement humains, ne changeons plus de trottoir, ne détournons plus notre regard, car tous les hommes quels qu’ils soient ont le droit au respect et à la compassion, nul n’est à l’abri d’un revers de la vie et qui sommes-nous donc pour pouvoir juger les autres sans rien connaître de leur histoire et finalement au bout du compte est- ce vraiment à eux d’avoir honte. J’avais juste une envie de vous le faire partager, ce petit texte qui me tient à cœur pour ne pas oublier que de telles tragédies arrivent tous les jours dans notre beau pays. À côté de chez vous ou un peu partout il y a sûrement quelqu’un que votre sourire amical et réconfortant aidera à garder le courage de continuer d’avancer voire peut-être même de vivre le reste de sa vie sans jamais y renoncer et tout ceci sans cette intolérable impression d’être à chaque regard jugé. Il n’y a pas que l’argent dont on peut faire le don, réchauffer un cœur qui a froid, c’est déjà merveilleux et ça s’appelle le don de soi. Il peut même parfois agir comme un pansement pour un cœur qui est blessé et l’aider tout doucement à cicatriser. Voilà, c’en est fini de cette petite pensée un peu triste, c’est vrai, mais tellement pleine de réalité, hélas, bien ancrée, un petit rappel qui, j’espère, ne partira pas en fumée une fois cette page tournée…
J’ai trop vu la misère côtoyer de près l’enfer pendant que d’autres bien au chaud se prélassaient au paradis, sans le moindre soucis, sans la moindre empathie…

๑۩۞۩๑ © AngelBl@ck ๑۩۞۩๑ ©

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

5 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Plume de Poète
Administrateur
18 mars 2015 7 h 24 min

Vos extraits de votre livre donnent vraiment envie de dévorer vos pages !