Jeunes Femmes Sorcières de l’Azur – Alain Minod

p.tx les sorcières de l'azur JEUNES FEMMES SORCIÈRES DE L’AZUR

Le temps des circulations

épaissit le bruit

de l’éphémère

tandis que

le silence d’un rayon de soleil –

nous évitant –

rissole

sur l’arbre en fleurs

et appelle l’écume du vent

sur les lèvres calmes

de la rue

s’abreuvent en confidences

de jeunes femmes

sorcières de

l’azur

qui halète contre

les toits .

La sueur des revenus du travail

est avalée par l’inutile

vitesse

qui bouscule chair et nerfs

de la ville qui se penche vers

l’obscur ;

mais le mauve du ciel

se confond – un moment –

avec les fleurs

de l’arbre

solitaire .

Soudain le trille unique – strident et bref

du merle guetteur

annonce

le soir glacé qui cerne

les errants .

Les jeunes femmes partent,

elles ont soudé

leur bonheur

à l’espoir

d’un printemps précoce .

Elles abandonnent le havre au gel

et vont s’engouffrer

dans le métro

qui compte le temps

hors des espaces libres

de la ville…

L’instant chancelle,

il redansera dans la veille

frémissante de

lumières

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

6 vues
S'abonner
Me notifier pour :
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Véronique Monsigny
Membre
20 mars 2016 22 h 58 min

C’est une belle peinture de l’atmosphere parisienne ou la nature ça et là revendique ses droits et oû certaines etourdies oublient parfois qu’elles sont pressées… j’aime beaucoup tous ces contrastres . Merci Alain