J’ai le manque de tes reins – Gyslaine LE GAL

J'ai le manque de tes reins

Je suis encore troublée

En voyant l’empreinte laissée par mon corps

Au milieu de ce lit déserté

Où dans mes rêves, je me débats encore

Sous l’emprise de tes mains,

Sous la caresse de tes lèvres

Qui m’anoblissent puis me soulèvent

Eveillant le désir au creux de mes reins

Je te dessine du bout de mes doigts

Une à une, je sens tes veines gonfler

Et ta peau frissonner

Alors que s’éveille ta virilité.

J’aimerai tant que tu me laisses encore

Parcourir de mes lèvres chacune des zones de ton corps

Sentir tous tes muscles se raidir

Sous l’action et le plaisir

En voyant l’empreinte laissée par mon corps

Mon cœur se sert très fort

Car j’ai le manque de tes reins

Et la douceur de tes mains.

0 0 votes
NOTER LE TEXTE

Nombre de Vues:

36 vues
Sauvegardes Poèmes

Sauvegardes Poèmes (538)

Ce compte regroupe tous les poèmes des auteurs qui ne sont plus inscrits sur le site en tant que Membre afin de laisser une trace de leurs textes pour le plaisir des lecteurs depuis le site Plume de Poète.

S'abonner
Me notifier pour :
guest
4 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Plume de Poète
Administrateur
30 octobre 2016 9 h 55 min

En effet, très beau poème Gyslaine, qui nous conduit vers des sommets de sentiments et d’amour si bien dessinés.
Merci pour ce merveilleux partage !
Bien à vous,
Alain

Brahim Boumedien
Membre
29 octobre 2016 14 h 31 min

Merci, chère amie, pour le partage de ce magnifique tableau poétique, rappelant Musset et George Sand, Aragon et Elsa, ou encore Lamartine et Julie …